Complétude du réseau d'aires protégées pour les espèces à enjeux

Complétude du réseau d'aires protégées pour les espèces à enjeux

Le réseau d'aires protégées en métropole assure un niveau minimal de conservation pour 24 % des espèces qui en auraient besoin.

24 %

en 2010

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Origine des données : gestionnaires d'espaces naturels et MNHN (SPN) à l'occasion de l'expertise conduite dans le cadre de la SCAP / Traitements : MNHN (SPN), avril 2012
Origine des données : gestionnaires d'espaces naturels et MNHN (SPN) à l'occasion de l'expertise conduite dans le cadre de la SCAP / Traitements : MNHN (SPN), avril 2012
Nom complet de l'indicateur : Proportion d'espèces SCAP (Stratégie de Création d'Aires Protégées) pour lesquelles le réseau métropolitain d'aires protégées est considéré comme satisfaisant ou partiellement satisfaisant pour en assurer la conservation (complétude géographique)
Définition:

Cet indicateur mesure la complétude du réseau d'aires protégées nationales (au sens du Grenelle de l'environnement) pour un panel de 463 espèces continentales remarquables qui nécessitent des aires protégées. Il rend compte de la proportion d'espèces bénéficiant d'un réseau suffisant et d'un réseau partiel, avec une pondération différenciée de ces deux niveaux de complétude.

Milieux
Agriculture et milieux associés
Forêts
Milieux humides
Milieux marins et littoraux
Politiques
Gestion des espaces naturels
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la connaissance sur la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment l’aménagement du territoire conditionne-t-il la prise en compte de la biodiversité ?
Comment notre société préserve-t-elle la biodiversité ?
Interprétation de l'indicateur

Une faible valeur de l'indicateur indique que le réseau d'aires protégées ne répond que partiellement aux besoins de protection des 463 espèces de la SCAP, sélectionnées en raison de leur statut de conservation et de la pertinence des aires protégées pour leur conservation. Une augmentation de l'indicateur au cours du temps indique une meilleure prise en considération par les aires protégées dites fortes des enjeux pour la protection de ces espèces.

Code indicateur SNB-B05-12-APT3
Type d'indicateur : Indicateur
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse
Objectifs nationaux
Construire une infrastructure écologique incluant un réseau cohérent d’espaces protégés
Garantir la cohérence entre politiques publiques, aux différentes échelles
Assurer l’efficacité écologique des politiques et des projets publics et privés
Objectifs européens
Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services

MNHN-SPN

Les données proviennent du travail d’expertise effectué dans le cadre de la stratégie de création d’aires protégées. La base de donnée associée est gérée par le MNHN-SPN. Ce travail a consisté : 1) A définir un ensemble d’espèces à enjeu national (menacées, endémiques, etc. cf. COSTE et al., 2010) pour lesquelles les aires protégées « fortes » constituent une mesure clé pour leur conservation. Il s’agit des 463 espèces utilisées pour cet indicateur. 2) Pour ces espèces, évaluer la couverture actuelle par les aires protégées, avec les trois modalités suivantes, renforcées par de l’expertise : Insuffisamment représenté : au moins une aire protégée abriant cette espèce dans moins de 20 % des départements de présence de l'espèce ; Représentation partielle : au moins une aire protégée dans 20 à 60 % des départements de présence de l'espèce ; Représentation suffisante : au moins une aire protégée dans plus de 60 % des départements de présence de l'espèce.

Disponibilité des valeurs
2 à 5 ans
Rupture de série
Non
Robustesse
Robuste
Précision
Précis
Sensibilité
Sensible
Efficacité
Efficace
Accessibilité des données
Accessibles
Homogénéité des données
Très homogènes
Fiabilité des données
Fiables
Pérennité des données
Pérennité à consolider
Abondance des données
Abondantes
Coût de mobilisation
Coût très faible
Niveau d'appropriation
Averti
Avantages

Cet indicateur permet d'avoir une vision simple et pragmatique de l'efficacité de la stratégie de création des aires protégées. Il s’appuie sur un large travail mobilisant les données des réseaux d’espaces protégés et de l’expertise nationale, selon une méthode standardisée. Le panel taxonomique d’espèces analysées est relativement important et représentatif de la biodiversité.

Limites

Les limites de cet indicateur sont celles de la stratégie de création d’aires protégées. Tout d’abord la liste des 463 espèces n’est qu’un échantillon d’espèces et ne couvre pas toutes les espèces présentant un enjeu de conservation par les aires protégées, du fait d’un manque de connaissances disponibles sur certains groupes taxonomiques. Il manque notamment certains insectes endémiques et peu mobiles. Ensuite, la méthode d’évaluation de la suffisance, avec des grandes catégories (exemple : aires protégées dans plus de 60 % des départements où l’espèce est présente) est assez grossière mais permet de conclure même pour des espèces où il y a relativement peu d’information. Enfin, les évaluations réalisées s’appuient sur les données transmises par les réseaux d’aires protégées, et il est certain que des espèces sont présentes dans des aires protégées mais n’ont pas été signalées. Une dernière limite tient au fait que la présence dans une aire protégée n’implique pas nécessairement une gestion adéquate des enjeux de conservation de l’espèce. L’indicateur se situe en amont de cette problématique, sur la question du positionnement des aires protégées.

Piste d'améliorations

Actualiser lors du prochain diagnostic SCAP, en gardant une base de calcul sur les 463 espèces afin de garantir la comparabilité des résultats.