Date d'arrivée des oiseaux migrateurs

Date d'arrivée des oiseaux migrateurs

Les oiseaux migrateurs arrivent en France en moyenne 6 jours plus tôt en 2017 qu'en 1989.

-6 jours

en 2017

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Origine des données : LPO France / Traitements : LPO France, juin 2019
Origine des données : LPO France / Traitements : LPO France, juin 2019
Nom complet de l'indicateur : Décalage de la date de passage moyenne des oiseaux migrateurs transsahariens au printemps à la Pointe de Grave
Définition:

Cet indicateur correspond à l'évolution moyenne des dates de passages printanières de 15 espèces d'oiseaux migrateurs à la pointe de Grave (33) entre 1989 et 2017. Pour chaque espèce, les dates de passage ont été calculées sur la base des moyennes triennales. Les valeurs annuelles de l'indicateur correspondent aux moyennes des dates de passages respectives de 15 espèces de migrateurs transsahariens. La valeur de l'indicateur correspond à la différence entre la moyenne triennale la plus récente et celle de référence (1989 sur les années 1987, 1988 et 1989). Les transsahariens ont été privilégiés afin d'homogénéiser les stratégies de migration. En effet, chez ce cortège de migrateurs, les pressions et menaces encourues sont relativement proches (traversée de la Méditerranée et du Sahara en autres).

Pressions
Changement climatique
Politiques
Action internationale et climatique
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Interprétation de l'indicateur

L'évolution des dates de passage des oiseaux migrateurs est le signe d'une adaptation des migrateurs aux conditions environnementales changeantes dans les écosystèmes. Selon le comportement migratoire et la saison de migration (printemps ou automne), certaines espèces peuvent retarder leur dates de passage, notamment chez les migrateurs partiels qui tendent vers une diminution des distances de migration. Au contraire, d'autres peuvent avancer leurs dates de passage montrant une adaptation aux conditions environnementales favorables à la reproduction. La valeur de l'indicateur est négative, ce qui suggère une avancée dans les dates de passage des migrateurs transsahariens à la pointe de Grave. Ce décalage moyen atteint les -6 jours en 2017, avec des amplitudes qui diffèrent selon les espèces (+0,95 jour pour la Bondrée apivore à -14,7 jours pour le Busard des roseaux). Malgré tout, 14 espèces sur 15 montrent une valeur négative de l'indicateur suggérant une avancée générale des dates de retours printaniers sur les zones de reproduction. Cette avancée moyenne des dates de passage printanières du cortège des migrateurs transsahariens montre donc une évolution de la stratégie de migration au cours du temps. Au regard du changement climatique constaté ces dernières décennies, les migrateurs transsahariens reviennent plus tôt sur leurs sites de reproduction bénéficiant de conditions climatiques favorables à la nidification (développment de la végétation plus précoce, abondance des insectes avancée).

Code indicateur SNB-TTC-19-AOM1
Type d'indicateur : Indicateur phare
Jeux d'indicateurs
Biodiversité & changement climatique
Objectifs nationaux
Maîtriser les pressions sur la biodiversité
Préserver les espèces et leur diversité
Objectifs européens
Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services
Contribuer à éviter la perte de biodiversité globale

LPO

La LPO, Délégation Aquitaine, a entrepris, dans les années 1980, un suivi de migration à la pointe de Grave, dans le Médoc. Depuis 1987, entre le mois de mars et de mai, des orntihologues professionnels et bénévoles suivent quotidiennement la migration des oiseaux sur ce point stratégique qui concentre un maximum de flux, avant la traversée de l'estuaire de la Gironde. Le suivi s'effectue du lever au coucher du soleil, et chaque individu détecté est identifié, comptabilisé, son comportement migratoire est déterminé (pour éliminer les oiseaux locaux). Des variables météorologiques et de pression d'observation sont relevées toutes les heures. Pour les passereaux et apparentés, la recherche des oiseaux se fait à l'ouïe ou à la vue (avec identification aux jumelles), tandis que les oiseaux plus volumineux sont recherchés activement aux jumelles puis identifiés si besoin à la longue vue.

Disponibilité des valeurs
Annuelle
Rupture de série
Temporelle
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Très homogènes
Fiabilité des données
Très fiables
Pérennité des données
Pérennité garantie
Abondance des données
Très abondantes
Niveau d'appropriation
Novice
Avantages

L'indicateur repose sur une méthode de comptage protocolée et identique au cours du temps. La pointe de Grave est l'un des deux seuls suivis à long terme étudiant la migration prénuptiales des oiseaux en France. Il est possible de corréler les décalages phénologiques de la migration de printemps et d'automne. L'indicateur s'appuie sur des études publiées valorisant ce type de données. L'indicateur est simple à mettre à jour. Il rend compte de l'évolution des dates de passage de populations européennes.

Limites

Le passage de certaines espèces se produit en limite de période de suivi. Dans l'optique d'un avancement des dates de passage, il y a donc le risque d'un effet de borne. On relève des tendances démographiques variables des espèces sélectionnées. Le décalage peut être dû à un effet populationnel (une population spécifique en augmentation qui migre précocément avance la date moyenne de passage générale de l'espèce). Il existe des variations interanuelles très importantes pour certaines espèces de passereaux dûes aux conditions météorologiques sur la voie de migration.

Piste d'améliorations
  • Décliner cet indicateur à de nouveaux sites de suivi de migrations en France. - Investiguer ce décalage phénologique chez les migrateurs partiels. - Tenter une approche populationnelle plutôt que par espèce. - Étudier l'effet de la température printanière ou autre proxi du réchauffement climatique (émergence d'insectes, couvert végétal) sur les dates du passage printanier. - Étudier l'effet de certains traits d'histoires de vie (régime alimentaire, nomadisme sur les zones d'hivernage, grégarisme) sur les dates de passage.