État de conservation des habitats naturels

État de conservation des habitats naturels

20 % des écosystèmes remarquables sont dans un état de conservation favorable.

20 %

sur la période 2013-2018

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
État de conservation des habitats d’intérêt communautaire par grand type de milieux, version 2020
État de conservation des habitats d’intérêt communautaire par région biogéographique, version 2020
Nom complet de l'indicateur : Proportion des habitats d'intérêt communautaire évalués qui sont dans un état de conservation favorable
Définition:
L'indicateur correspond à la proportion des évaluations des habitats d'intérêt communautaire (listés dans l'annexe I de la directive « Habitats, Faune, Flore »), qui se trouvent dans un bon état de conservation par rapport au nombre total d'évaluations en France métropolitaine. L'indicateur est décliné par grand type d'habitats (forestiers, landicoles, marécageux et tourbeux, dulcaquicoles, côtiers, etc.) et pour l'ensemble de la métropole. Il ne s’agit pas de la proportion d’habitats mais de la proportion d’évaluations favorables, ce qui intègre la déclinaison par région biogéographique (unité d’évaluation : l’état d’un habitat dans une région biogéographique).
Milieux
Agriculture et milieux associés Forêts Milieux humides Milieux marins et littoraux Milieu montagnard
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ? Comment les éléments de la biodiversité identifiés comme majeurs évoluent-ils en France ?
Interprétation de l'indicateur
L’ordre de grandeur reste le même que lors des deux évaluations précédentes : seulement un cinquième des évaluations concluent à un état favorable. Déclinées par grand type de milieux, ce sont les tourbières, les milieux humides, les dunes maritimes et intérieures et les habitats côtiers qui sont dans des états de conservation les plus défavorables. A l’inverse, les fourrés sclérophylles, les milieux rocheux et grottes sont bien conservés. Cet indicateur concerne les 132 habitats parmi les plus rares, menacés ou représentatifs, présents en France qui figurent dans l’annexe I de la directive Habitats-Faune-Flore. Pour un habitat donné, l’état favorable correspond à une aire de répartition stable ou en augmentation ; à une superficie suffisante, stable ou en augmentation ; des structures et un fonctionnement non altérés et des perspectives que cet état perdure dans un futur proche. L’état défavorable peut donc être lié à plusieurs types de causes, mais ce sont principalement les pertes de superficies et les problèmes liés aux structures et aux fonctions qui s’avèrent les plus déclassant. Ces problèmes résultent des pressions passées, présentes ou futures. Les définitions retenues sont les suivantes (Bensettiti, 2012) : Favorable : l’habitat/espèce prospère actuellement et la situation se maintiendra vraisemblablement sans changement dans la gestion ou les politiques existantes ; Défavorable inadéquat : un changement dans la gestion ou les politiques en place est nécessaire pour que l’habitat/espèce retrouve un statut favorable, mais l’habitat/espèce n’est pas en danger d'extinction ; Défavorable mauvais : concerne les habitats/espèces qui sont en danger sérieux d’extinction, au moins régionalement.
Code indicateur SNB-B06-12-HAB1
Type d'indicateur : Indicateur phare
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Nature
Objectifs nationaux
Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement Préserver les espèces et leur diversité Maîtriser les pressions sur la biodiversité
Objectifs européens
Objectifs européens : Conservation de la nature : mise en œuvre complète des directives "nature"
Producteur : UMS PatriNat (AFB-CNRS-MNHN). CGDD/SDES.
Origine des données : Les données sources sont issues de l'évaluation périodique de l'état de conservation de chaque habitat d'intérêt communautaire pour chaque région biogéographique, réalisée dans le cadre de l'article 17 de la directive « Habitats, Faune, Flore ». Ces évaluations ont lieu tous les 6 ans (2007, 2013, 2019…) et font l’objet d’une expertise collective coordonnée par le MNHN. Les évaluations sont fondées sur les meilleures données et études disponibles, ainsi que sur l'avis d'experts. Le groupe thématique relatif aux habitats naturels continentaux a été animé par la Fédération des conservatoires botaniques nationaux. Pour les habitats marins, c’est le MNHN qui a animé l’expertise. Plus de 50 experts ont été mobilisés dans les conservatoires botaniques, les universités, les stations marines et des spécialistes dans les établissements publics, comme l’Office national des forêts (ONF). L'indicateur concerne l'ensemble du territoire métropolitain et pas seulement les sites Natura 2000. En France, l’évaluation 2019 (période 2013-2018) a porté sur 132 habitats. En croisant avec les régions biogéographiques, ceci représente 299 évaluations (1 type d’habitat – 1 région biographique – 1 état de conservation global). Les données synthétiques de l’évaluation, source de cet indicateur, seront prochainement accessibles en ligne sur le site de l’INPN : En tableur : prochainement disponible. Pour chaque habitat : prochainement disponible.
Disponibilité des valeurs
> 5 ans
Rupture de série
Non
Robustesse
Robuste
Précision
Assez précis
Sensibilité
Peu sensible
Efficacité
Très efficace
Accessibilité des données
Accessibles
Homogénéité des données
Assez homogènes
Fiabilité des données
Assez fiables
Pérennité des données
Pérenne
Abondance des données
Abondantes
Coût de mobilisation
Coût faible
Niveau d'appropriation
Averti
Avantages
L'indicateur est construit à partir d'une méthodologie explicite, reproductible et partagée à travers les Etats membres de l'Union européenne. Il fait appel à une large expertise et couvre une gamme diversifiée d’habitats naturels et semi-naturels à fort enjeux de conservation. Il permet une analyse à la fois globale, par région biogéographique et par type d'habitat. Cet indicateur est particulièrement intéressant pour un suivi en continu des Stratégies Nationales pour la Biodiversité (SNB) successives sur le long terme. L’indicateur représente une bonne partie de la diversité des milieux et écosystèmes présents en France métropolitaine.
Limites
L’indicateur concerne les habitats d’intérêt communautaire tels que définis dans la directive Habitats-faune-flore. Il n’est donc pas complètement représentatif de l’état des écosystèmes français, même si le panel d’habitats est diversifié et intègre des milieux répandus. La fréquence de mise à jour est assez importante (6 ans), mais réaliste pour un suivi efficace des changements des écosystèmes. En contrepartie, l'indicateur est peu sensible à court et moyen termes, d’autant que la France ne dispose pas d’une cartographie des habitats, ni d’un dispositif de surveillance de leur état, sauf cas particuliers. Pour l’évaluation de l’état d’un habitat dans une région biogéographique, la méthode d’agrégation des 4 paramètres, où le plus mauvais détermine l’état général (principe de précaution), rend mécaniquement la méthode peu sensible à des améliorations de faible ampleur. Les améliorations de la connaissance et la consolidation de l’expertise peuvent générer des changements de l’indicateur sans qu’il y ait de réel changement écologique. Des informations qualitatives permettent d’identifier ce phénomène et de relativiser l’interprétation. Le résultat global agrégé doit aussi être interprété avec prudence du fait de la diversité des situations possibles sur l'état de conservation d'un habitat pour une même conclusion.
Piste d'améliorations
Il serait nécessaire d'améliorer la robustesse de cette évaluation en mettant en place une surveillance raisonnée des habitats à l’échelle du territoire français. A moyen terme, ces évaluations doivent être fondées davantage sur des données, notamment en réalisant une cartographie nationale des habitats, et en standardisant les variables à suivre en matière de structure et de fonctionnement de l’habitat.