Fragmentation des milieux naturels

Fragmentation des milieux naturels

La taille effective de maille des espaces naturels en France métropolitaine est estimée à 99,97 km² en 2006.

99,97 km²

en 2006

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Valeur de l'indicateur en 1990
Taille effective de maille de la région forestière départementale
Nom complet de l'indicateur : Taille effective de maille des espaces naturels en France métropolitaine
Définition:
La fragmentation des espaces naturels est évaluée par la taille effective de maille. Il s’agit de la taille qu’auraient les fragments d’espaces naturels s’ils avaient tous la même surface, au sein du territoire étudié. L’indicateur reflète à la fois la surface des espaces naturels dans le territoire et leur degré de découpage. La fragmentation des milieux naturels peut être défavorable à de nombreuses espèces, d’une part à cause de la faiblesse des surfaces accessibles, et d’autre part par l’isolement, le cloisonnement des différents espaces naturels.
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ? Comment évoluent les pressions majeures que notre société fait peser sur la biodiversité ?
Interprétation de l'indicateur
Une faible taille effective de maille indique un morcellement des espaces naturels du territoire étudié. Plus la taille est faible, plus les espaces naturels sont morcelés. L'évolution dans le temps et la variation dans l'espace de la taille effective de maille permettent de suivre la pression de la fragmentation des habitats sur la biodiversité. La France métropolitaine a une taille effective de maille de 99,97 km² en 2006 contre 100,44 km² en 1990. La maille régulière qui possède le même degré de fragmentation que les espaces naturels français est ainsi faite de carrés d’environ 10 km de côté. Le suivi de l’occupation des sols montre une diminution persistante de la surface des milieux seminaturels. Ils représentaient 53,1 % du territoire terrestre métropolitain en 1990 et 52,7 % en 2006. Par ailleurs de grandes infrastructures de transport terrestre sont construites. Il en résulte une fragmentation de plus en plus forte des espaces naturels. La régression des surfaces d’habitats naturels, le cloisonnement des milieux naturels peuvent conduire à l’isolement et au confinement de populations. Ainsi, de nombreuses espèces animales ou végétales peuvent rencontrer des difficultés pour l’accomplissement de leur cycle de vie. D’autre part, leur faculté d’adaptation au changement climatique par déplacement des aires de répartition peut être compromise.
Code indicateur SNB-B06-12-FMN1
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse
Objectifs nationaux
Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement Maîtriser les pressions sur la biodiversité
Objectifs européens
Objectifs européens : Conservation de la nature : mise en œuvre complète des directives "nature"
Producteur : IRSTEA. CGDD/SOeS.
Origine des données : Les données utilisées pour le calcul de la taille effective de maille correspondent à une échelle cartographique au 1/100 000 (BD Carto de l'IGN et CORINE Land Cover). Des éléments de fragmentation tels les escarpements ne sont pas pris en considération. Par ailleurs, les données exhaustives des trafics routiers et ferroviaires ne sont pas disponibles : l'impact de leur rôle de barrière est estimé par l'importance des infrastructures de transport. Les postes de la nomenclature CORINE Land Cover utilisés pour représenter les espaces naturels sont les suivants : Prairies, Surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants, Territoires agro-forestiers, Forêts de feuillus, Forêts de conifères, Forêts mélangées, Pelouses et pâturages naturels, Landes et broussailles, Végétation sclérophylle, Forêt et végétation arbustive en mutation, Plages, dunes et sable, Roches nues, Végétation clairsemée, Zones incendiées, Glaciers et neiges éternelles, Marais intérieurs, Tourbières, Marais maritimes, Marais salants, Zones intertidales. Les régions forestières départementales sont un découpage de l'Inventaire Forestier National, correspondant aux limites des régions forestières croisées avec celles des départements. Elles établissent un découpage fin du territoire, stable et adapté au suivi de l'état des espaces naturels marqués par les contraintes physiques.
Disponibilité des valeurs
> 5 ans
Rupture de série
Non
Robustesse
Assez robuste
Précision
Précis
Sensibilité
Assez sensible
Efficacité
Efficace
Accessibilité des données
Assez accessibles
Homogénéité des données
Homogènes
Fiabilité des données
Fiables
Pérennité des données
Pérennité à consolider
Abondance des données
Assez abondantes
Coût de mobilisation
Coût faible
Niveau d'appropriation
Averti
Limites
Cet indicateur ne concerne pas encore les départements d’outre-mer. Les éléments qui constituent des barrières (principaux cours d’eau et infrastructures linéaires de transport) sont établis à partir de la base de données de l’IGN BD Carto 2006. Pour les infrastructures de transport, ce sont les catégories des réseaux qui sont utilisées ici (autoroutes, routes principales et régionales) à défaut de valeurs de trafic, indisponibles pour l’instant. Les trafics routiers et ferroviaires constituent les barrières effectives pour les espèces terrestres : plus ces trafics sont importants, moins les passages sont possibles et plus la fragmentation est forte. On trouve par exemple dans la littérature une densité de trafic routier à 1 000 véhicules/jour et parfois à 2 500 véhicules/jour comme valeur seuil d’obstacle. Des éléments de fragmentation tels les escarpements ne sont pas pris en considération. L’indicateur qualifie la fragmentation des espaces naturels d’un territoire. Il ne peut être agrégé simplement pour des territoires de niveaux supérieurs : un même espace naturel présent sur deux territoires contigus subirait un double compte. L’indicateur doit donc être calculé pour chaque niveau territorial retenu
Piste d'améliorations
L'explication du lien entre maille effective, fragmentation des milieux naturels et biodiversité gagnerait à être développée. Il est très important que la définition et les limites de ce qui est entendu par « espace naturel » soient très claires pour le lecteur et l'utilisateur de cet indicateur (le texte de la présente fiche pourrait être renforcé sur ce point). Cet indicateur néglige le fait que tous les organismes ne réagissent pas à la fragmentation de la même manière, en fonction de leur taille, de leur mobilité et de nombre de leurs traits de vie ; il faut veiler à ne pas extrapoler son interprétation à un état global de la biodiversité (le texte de la présente fiche pourrait être renforcé sur ce point). Un lien avec les indicateurs équivalents (fragmentaion des eaux et principal milieu artificialisé en métropole) pourrait être envisagé. A plus long terme (pas possible pour le moment), il serait pertinent, d'une part, de mieux discriminer l'usage des sols, en y incorporant certains usages agricoles (limite actuelle de la nomenclature CORINE Land Cover pour ce type d'utilisation) et, d'autre part, de prendre en compte les flux réels sur les infrastructures (non disponibles pour toutes les routes et/ou non centralisés dans une base nationale).