Prélèvements de bois en forêt au regard de l’accroissement des arbres

Prélèvements de bois en forêt au regard de l’accroissement des arbres

Les prélèvements de bois en forêt représentent 56 % de l’accroissement biologique des arbres.

56 %

sur la période 2008-2016

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Origine des données : IGN, inventaire forestier national / Traitements : Ecofor, mai 2019
Origine des données : IGN, inventaire forestier national / Traitements : Ecofor, mai 2019
Origine des données : IGN, inventaire forestier national / Traitements : Ecofor, mai 2019
Nom complet de l'indicateur : Taux de prélèvement de bois en forêt de production en France métropolitaine (au regard de la production biologique et de la mortalité des arbres)
Définition:

Le taux de prélèvement de l’accroissement est le rapport entre le prélèvement de bois, mesuré sur une période donnée et la production biologique nette mesurée sur cette même période (ici les calculs portent sur quatre périodes glissantes 2005-2013, 2006-2014, 2007-2015 et 2008-2016). La production biologique nette est la production brute à laquelle on retire la mortalité. La production biologique brute d’une forêt correspond à l’accroissement du bois (ou la quantité de bois produite par les arbres) sur une période donnée. Pour les détails concernant les mesures respectives de production biologique, mortalité et de prélèvement, voir ici et . L’indicateur est calculé pour les « forêts de production ». Selon la définition utilisée ici (IGN), la forêt de production doit permettre la production de bois, sans aucune considération de rentabilité économique et sans qu’une autre utilisation ou que les conditions physiques ne viennent en empêcher l’exploitation. 95% des forêts métropolitaines sont concernées. Les autres forêts (5%), celles qui ne sont pas disponibles pour la production de bois, regroupent principalement des terrains inaccessibles (terrains très accidentés en montagne, zones interdites d’accès, etc.). Elles n’entrent pas dans le calcul de cet indicateur (car elles ne sont pas inventoriées par l’IGN et on ne dispose que de très peu de données à leur sujet) et les prélèvements de bois y sont probablement quasi-inexistants.

Milieux
Forêts
Politiques
Maitrise des pressions liées aux activités humaines
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment les facteurs qui influencent l’état de la biodiversité en forêt évoluent-ils ?
Interprétation de l'indicateur

L’indicateur donne une information sur la gestion pratiquée dans les forêts métropolitaines, celle-ci ne pouvant toutefois pas être interprétée en termes de biodiversité. Si les forêts étaient en équilibre entre production biologique et prélèvement, le taux mesuré serait de 100. Un taux de prélèvement inférieur à 100 % signifie que les prélèvements sont inférieurs à la quantité de bois produite par les forêts. Sur le territoire métropolitain, un peu plus de la moitié (56 %) de l’accroissement des arbres des forêts métropolitaines est prélevée chaque année par la société, pour différents usages (bois d’ameublement, bois de construction, bois-énergie, bois de trituration destiné à la fabrication de papier…) en France ou à l’étranger (exportations). Sur la période de suivi (entre les périodes 2005-2013 et 2008-2016), le taux de prélèvement s'est accru de 6 %. Quelles que soient les régions, le prélèvement est actuellement significativement inférieur à l'accroissement biologique dans les forêts de production (inventoriées annuellement par l’IGN). Les résultats montrent l’existence de grandes disparités selon les régions : les prélèvements sont très faibles en zones de haute montagne ou méditerranéenne, ils sont plus élevés dans les régions de relief et climatologie plus modérés, sans pour autant jamais atteindre la situation d’équilibre. L’interprétation, du point de vue de la gestion durable des forêts, d’un taux de prélèvement et de son évolution dans le temps est difficile. Il convient de prendre en compte l’état de maturité des peuplements considérés. Dans un peuplement composé de jeunes arbres, la production biologique pourra être importante mais les prélèvements seront faibles voir inexistants. Inversement, dans des peuplements arrivés à maturité, la production biologique est plus faible et les prélèvements importants. Or, la forêt française métropolitaine est une forêt « jeune », car elle est en phase d’expansion en surface depuis des décennies. Des peuplements relativement récents assurent par conséquent une production biologique sur laquelle les prélèvements sont par nature faibles. Lorsque ces jeunes peuplements arriveront à « l’âge adulte », ils feront l’objet de prélèvements plus importants : si la surface forestière ne s’étend plus dans les mêmes proportions, la valeur du taux de prélèvement au niveau national augmentera logiquement sans remettre en cause la durabilité de la gestion forestière.

Code indicateur SNB-TMF-15-PBF1
Type d'indicateur : Indicateur
Jeux d'indicateurs
Biodiversité & forêt
Objectifs nationaux
Maîtriser les pressions sur la biodiversité
Garantir la durabilité de l’utilisation des ressources biologiques

IGN

IGN, inventaire forestier national

Disponibilité des valeurs
Annuelle
Rupture de série
Non
Robustesse
Robuste
Précision
Précis
Sensibilité
Assez sensible
Efficacité
Assez efficace
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Très homogènes
Fiabilité des données
Très fiables
Pérennité des données
Pérennité garantie
Abondance des données
Abondantes
Coût de mobilisation
Coût moyen
Niveau d'appropriation
Averti
Limites

Les intervalles de confiance sur les données de prélèvement et de production restent élevés. Il est difficile d’interpréter les variations de l’indicateur au regard de la biodiversité. Appropriation : Exige une appropriation de la notion de production : accroissement du bois sur une période donnée (à ne pas confondre avec les volumes et surtout les surfaces forestières). Exige un effort important de contextualisation, lié au fait que la forêt française est en phase d’extension dynamique depuis des décennies : des peuplements jeunes assurent une production sur laquelle les prélèvements sont par nature faibles ; lorsqu’ils arriveront à un stade du cycle plus avancés, la valeur du taux augmentera si la surface ne s’étend plus dans les mêmes proportions. Exige une prise en compte des facteurs conjoncturels qui peuvent faire fluctuer l’indicateur : Les circonstances économiques affectent les prélèvements (plus importants en période de cours des bois élevés et de consommation élevée, plus faibles lorsque l’activité et/ou les cours déclinent) ; les particularités climatiques qui affectent la production sur les années considérées (des années sèches peuvent induire une faible production et donc un fort taux de prélèvement apparent à prélèvement identique de volume).

Piste d'améliorations

Possibilité d’adjoindre un indicateur prélèvement sur volume, peut-être plus facilement intelligible par le non professionnel forestier. Les valeurs sont publiées par l'IGN dans le cadre des indicateurs de gestion durable des forêts (voir ici). A moyen terme, la représentation cartographique par GRECO est souhaitable.