Très gros arbres et bois mort en forêt

Très gros arbres et bois mort en forêt

Le volume cumulé des bois morts et très gros arbres se maintient ou progresse dans toutes les grandes régions écologiques.

+ 25 millions de m³ de bois

en 2020

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Origine des données : IGN, inventaire national forestier / Traitements : IGN-Irstea-Ecofor, mai 2018.
Nom complet de l'indicateur : Proportion des Grandes régions écologiques (GRECO) dont le volume de bois mort et de très gros arbres se maintient ou progresse
Définition:

L'indicateur s'intéresse à l'évolution du volume cumulé de différents types de bois : le bois mort au sol, le bois mort debout (parfois appelé "chandelles mortes") et les très gros arbres (dont le diamètre varie selon le type d'espèce et les conditions de fertilité). Ces éléments forestiers sont considérés comme favorables à certaines espèces typiquement forestières : des champignons, des mousses ou des insectes étroitement dépendants de la présence de bois mort ou de micro-habitats très spécifiques plus fréquemment rencontrés sur de très gros arbres, par exemple des cavités ou des coulées de sève. Toutes ces espèces liées aux stades vieillissants des arbres sont particulièrement sensibles à la gestion forestière, les stades vieillissants du cycle forestier étant généralement tronqué par la sylviculture. A terme, l'indicateur doit présenter la proportion des grandes régions écologiques (GRECO) dans lesquelles le volume cumulé de bois mort et très gros arbres se maintient ou progresse. Néanmoins, dans un premier temps le suivi est centré sur les évolutions nationales (France métropolitaine), les tendances régionales restant à consolider (évolutions non significatives qui devront être confortées par les données des prochaines campagnes d'inventaire).

Milieux
Forêts
Politiques
Gestion des espaces naturels
Culture et éducation
Économie et entreprises
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Quels sont l'état et la dynamique de la biodiversité en forêt ?
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment les éléments de la biodiversité identifiés comme majeurs évoluent-ils en France ?
Interprétation de l'indicateur

L'indicateur s'intéresse aux différents types de bois (bois mort au sol, bois mort debout, chablis (vivants et morts), très gros arbres dans les massifs forestiers) considérés comme particulièrement favorables à la biodiversité forestière. Il présente la proportion des grandes régions écologiques (GRECO) dans lesquelles le volume total de cas types de bois se maintient ou augmente. Entre les périodes 2008-2012 et 2013-2016, ce volume national cumulé des bois favorables à la biodiversité forestière a significativement augmenté (environ +25 millions de m3)(cf. visuel 2). Cette augmentation est principalement le fait des très gros arbres, dont le volume s'est accru de façon notable (cf. visuel 3). Globalement, le volume semble augmenter dans chacune des grandes régions écologiques hormis dans les Pyrénées, mais la significativité des évolutions entre les deux périodes n’est pas encore atteinte à cette échelle : la prochaine période de cinq ans apportera les éléments nécessaires à l'appréciation des tendances à plus long terme (cf. visuel 1). Le volume des très gros arbres augmente sur la période de mesure (2008-2016) avec une évolution nationale moyenne annuelle de 2,6 millions m3/an environ. L’évolution nationale reflète bien les tendances observées dans les grandes régions écologiques puisque l’évolution est à la hausse pour chacune d'entres elles à l'exception des Pyrénées. Le volume des arbres morts debouts est stable sur la période de mesure (2008-2016). Le volume du bois mort au sol est stable sur la période de mesure (les différences entre les années ne sont pas significativement différentes, que ce soit au niveau national ou au niveau de chaque GRECO). Toutes les évolutions constatées doivent être interprétées avec prudence et en gardant en mémoire qu'elles sont exprimées en volume total pour l'ensemble de la forêt métropolitaine alors que celle-ci se situe dans un contexte d'augmentation de sa surface. D'autre part les comparaisons entre les GRECO sont rendues difficiles car ces régions écologiques n'ont ni la même surface forestière, ni des volumes de bois (vivant) équivalent.

Code indicateur SNB-B06-12-BFB1
Type d'indicateur : Indicateur phare
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse Biodiversité & forêt
Objectifs nationaux
Préserver les espèces et leur diversité
Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement
Garantir la durabilité de l’utilisation des ressources biologiques
Assurer l’efficacité écologique des politiques et des projets publics et privés
Objectifs européens
Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services
Hausse des contributions de l'agriculture et de l'industrie forestière au maintien et renforcement de la biodiversité

IGN

Les données sont issues de l'inventaire des forêts réalisés par l'IGN. Elles portent sur l'ensemble des forêts inventoriées appelées "forêts de production" (y compris les peupleraies). Les autres forêts ne sont pas inclues car non-inventoriées par l'IGN : il s'agit des forêts impossibles à exploiter, pour des raisons réglementaires (au sein de réserves naturelles, de réserves biologiques intégrales ou de certains périmètres militaires) ou parce qu’elles sont inaccessibles physiquement (falaises). Moins de 5 % de la forêt métropolitaine serait concerné ; ce qui ne devrait pas modifier les grandes tendances régionales ou nationales pour cet indicateur. Deux valeurs moyennes, correspondant à deux périodes, ont été calculées : - 2008-2012 (moyenne sur 5 campagnes d'inventaire) ; - 2013-2016 (moyenne sur 4 campagnes d'invantaire). La description précise des méthodes d'inventaire est disponible sur le site de l'IGN dédié aux inventaires forestiers. Les GRECO sont présentées sur cette page.

Disponibilité des valeurs
Annuelle
Rupture de série
Non
Robustesse
Robuste
Précision
Très précis
Sensibilité
Très sensible
Efficacité
Efficace
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Homogènes
Fiabilité des données
Très fiables
Pérennité des données
Pérennité garantie
Abondance des données
Abondantes
Coût de mobilisation
Coût faible
Niveau d'appropriation
Averti
Limites

Le lien entre bois mort et biodiversité forestière est établi par de très nombreuses publications, mais la corrélation quantitative entre volume de bois mort et biodiversité n'est pas systématiquement ni forte ni statistiquement significative : en d’autres termes, le bois mort est indispensable à la biodiversité, mais une augmentation de la quantité de bois mort ne se traduit pas toujours par une augmentation de la biodiversité. De plus, il convient de nuancer cette relation en fonction du type de peuplement (conifères ou feuillus), de l’origine géographique, du type de gestion (intensive à très extensive) et de la typologie du bois mort (chandelles, chablis, bois mort sur arbre vivant, etc.). La variété des habitats bois mort disponibles peut être aussi ou plus déterminante pour la biodiversité que le volume brut de bois mort.

Piste d'améliorations

Des évolutions méthodologiques de cet indicateur ont eu lieu en 2018. Il reste néanmoins à préciser comment les métriques de cet indicateur seront agglomérées pour bien rendre compte de l'évolution de la biodiversité liée aux stades vieillissants à travers la France, comme envisagé initialement. Les questions restant à aborder afin de faire évoluer l’indicateur en 2019-2020 concernent : la sous-métrique (volume total ? volume par ha ? ratio entre volume de bois mort et volume total ?...), la définition éventuelle de seuils des volumes retenus pour chaque GRECO, la métrique de chaque GRECO (0 ou 1 suivant que le volume progresse ou régresse ou autres alternatives)... A l'heure actuelle, la définition des seuils de diamètre des très gros arbres selon les conditions de fertilité prend en compte, de manière assez grossière, deux types de situations (GRECO Méditerranée, autres GRECO) et pourrait être améliorée. Dés 2019, la GRECO Corse devrait changer de catégorie et rejoindre la GRECO Méditerranée. A plus long terme, il serait intéressant de disposer d'une analyse plus fine permettant de distinguer les conditions stressantes des conditions non stressantes (méthode de tri des données de l'inventaire à partir de différents critères tels que l’engorgement en eau dès la surface, une dynamique alluviale contraignante, une réserve en eau du sol très faible). Cette analyse a été initiée en 2016-2017 mais nécessite une validation de l'IGN en interne (dans le cadre d'une étude spécifique avec appui des vérificateurs-écologues de l'inventaire), et n'a pu être prise en compte en 2018. En compléments des volumes totaux, la dynamique des volumes par hectare de très gros arbres, bois mort debout et bois mort au sol seraient utiles à l'interprétation. La prochaine mise à jour de la fiche devra en outre tenir compte des évaluations indépendantes de l'indicateur conduites par la FRB (évaluations i-BD²).