Effort financier national pour la biodiversité

Effort financier national pour la biodiversité

En 2017, 2 226 millions d'euros ont été mobilisés en faveur de la préservation de la biodiversité et des paysages.

2,2 milliards d'euros courants

en 2017

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Effort financier par type de dépense
Effort financier par type d'acteurs (financement)
Poids de chaque acteur dans le financement des actions en faveur de la biodiversité et des paysages
Nom complet de l'indicateur : Effort financier national pour la préservation de la biodiversité et des paysages
Définition:
L'indicateur présente les montants totaux alloués (publics et privés) chaque année à la protection de la biodiversité et des paysages.
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment notre société s'implique-t-elle face aux enjeux de biodiversité ?
Interprétation de l'indicateur
La dépense nationale en faveur de la protection de la biodiversité et des paysages se répartie entre trois grands domaines selon la nature de l’activité ou du secteur d’activité : la gestion des espaces et des espèces, la réduction des pressions d’origine humaine et le développement de la connaissance. La gestion des espaces et des espèces regroupe les actions qui participent à la préservation et à la réhabilitation des espèces faunistiques et floristiques et des espaces naturels et semi-naturels. Ces activités comprennent par exemple la gestion de zones protégées (réseau Natura 2000, Parcs nationaux, etc.), des actions de réintroduction d’espèces ou de conservation. La gestion des espaces et des espèces inclue également des activités qui ne peuvent pas être réparties à des projets déterminés faute de données détaillées. Ces actions sont définies comme des « autres actions de protection » et sont engagées à des fins de préservation des milieux naturels par les collectivités locales. En 2017, la dépense dans le domaine de la gestion des espaces et des espèces est en léger recul par rapport à 2016. Elle s’établit à 1,7 milliard d’euros ; et constitue plus des trois quarts de la dépense totale. La gestion des espaces et des espèces est financée essentiellement par les budgets du ministère en charge de l’écologie, des collectivités locales et des agences de l’eau, ainsi que par les établissements gérant ces milieux remarquables (Agence française de la biodiversité, Conservatoire du littoral, Office national de la chasse et de la faune sauvage, etc.). Les activités de réduction des pressions d’origine humaine ont pour objectif de réparer les dommages causés aux paysages et à la biodiversité par certains secteurs d’activité. Elles regroupent par exemple, le financement des industriels pour la protection de la biodiversité, les dépenses associées à la mise en place de mesures agroenvironnementales par les agriculteurs ou la construction d’aménagements routiers par les sociétés concessionnaires d’autoroutes. En 2017, le coût de ces actions mises en œuvre par les entreprises reste stable et s’élève à  487 millions d’euros. Le développement de la connaissance sur la biodiversité et les paysages se traduit par des actions d’inventaires ou d’expertises sur le patrimoine naturel et biologique. En 2017, la dépense associée à ces actions s’élève à 21 millions d’euros ; ne représentant qu’une faible part de la dépense totale. En France, la dépense de protection de la biodiversité et des paysages s’élève à 2,2 milliards d’euros en 2017. Après une période de croissance importante, cette dépense tend à se stabiliser à partir de 2013. Entre 2016 et 2017, les ressources allouées à la biodiversité sont en légères baisses sous l’effet notamment d’un ralentissement des investissements dans des opérations de protection.
Code indicateur SNB-C09-12-DNB1
Type d'indicateur : Indicateur
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse Biodiversité & économie
Objectifs nationaux
Faire de la biodiversité un enjeu positif pour les décideurs Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement Développer et pérenniser les moyens financiers et humains en faveur de la biodiversité Maîtriser les pressions sur la biodiversité Développer la recherche, organiser et pérenniser la production, l’analyse, le partage et la diffusion des connaissances Inclure la préservation de la biodiversité dans la décision économique Garantir la cohérence entre politiques publiques, aux différentes échelles Développer la solidarité nationale et internationale entre les territoires
Objectifs européens
Objectifs européens : Conservation de la nature : mise en œuvre complète des directives "nature"
Producteur : CGDD/SDES
Origine des données : De nombreuses sources ont été mobilisées pour évaluer la dépense de protection de la biodiversité et des paysages : MTES (DGALN), CEN, DGFiP, CdL, ONCFS, Insee, MAA, ONF, etc. Pour en savoir plus : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/donnees-densemble/1926/1098/ensemble-comptes-lenvironnement.html
Disponibilité des valeurs
Annuelle
Rupture de série
Non
Robustesse
Assez robuste
Précision
Assez précis
Sensibilité
Assez sensible
Efficacité
Assez efficace
Accessibilité des données
Accessibles
Homogénéité des données
Homogènes
Fiabilité des données
Fiables
Pérennité des données
Pérenne
Abondance des données
Abondantes
Coût de mobilisation
Coût faible
Niveau d'appropriation
Familier
Avantages
Cet indicateur permet de visualiser l'évolution des dépenses consacrées à la biodiversité.
Limites
Il n’est pas toujours possible de distinguer la protection de la biodiversité de celle du paysage. Par exemple, l’entretien ou la création de certains types de paysages, d’habitats et d’autres aspects s’y rapportant (haies, rangées d’arbres destinées à reconstituer des « couloirs naturels ») ont un lien évident avec la préservation de la biodiversité. La série de données est souvent révisée. Les données considérées comme provisoires sont donc régulièrement mises à jour. L’indicateur véhicule un message selon lequel une hausse des financements correspondrait à une amélioration de la préservation de la biodiversité et des paysages. Or, cette perception quant à l’évolution des efforts financiers est sujette à interprétation et est en outre corrélée au contexte économique du moment.