Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

En 2021, 29 % de la population française considère que la disparition de certaines espèces végétales ou animales fait partie des deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus préoccupants.

29 %

en 2021

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Pourcentage en 2021 Origine des données : SDES, Enquête « Conditions de vie et Aspirations des Français » du Crédoc, janvier 2021 / Traitements : SDES
Pourcentage en 2021 Origine des données : SDES, Enquête « Conditions de vie et Aspirations des Français » du Crédoc, janvier 2021 / Traitements : SDES
Nom complet de l'indicateur : Proportion de la population française mettant la disparition de certaines espèces végétales ou animales parmi les deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus préoccupants
Définition:
L'indicateur permet de connaître la sensibilité des citoyens aux problématiques de protection de la biodiversité. Plus précisément, la question posée permet de situer les deux problèmes considérés comme les plus préoccupants liés à la dégradation de l'environnement. Cela permet de positionner la disparition des espèces par rapport aux autres problématiques environnementales comme le réchauffement climatique, la pollution de l'eau, la pollution de l'air, la dégradation des paysages...
Milieux
Sans objet
Pressions
Sans objet
Politiques
Culture et éducation
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la connaissance sur la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment notre société s'implique-t-elle face aux enjeux de biodiversité ?
Interprétation de l'indicateur

L'évolution du poids occupé par la biodiversité parmi les préoccupations environnementales des citoyens donne une image de l'évolution de la sensibilité de l'opinion publique vis-à-vis de ce thème.

Depuis 2007, la hiérarchie des préoccupations environnementales des Français a évolué au gré des évènements (inondations, catastrophe nucléaire de Fukushima, pics de pollution, etc.) et de la couverture médiatique de ces sujets. En 2021, le changement climatique reste en tête de ce classement, à un niveau stable. Alors que la « disparition de certaines espèces végétales ou animales » avait atteint la seconde place en 2019, elle se trouve désormais devancée par les catastrophes naturelles. Interrogés trois mois après les inondations torrentielles qui ont dévastées l’arrière-pays niçois en octobre 2020, les enquêtés ont en effet davantage exprimé leur préoccupation à l’égard des catastrophes naturelles (+7 points par rapport à 2019). Par effet de vase communiquant, le niveau d’inquiétude lié à l’érosion de la biodiversité a simultanément baissé de trois points au cours des deux dernières années. Jusqu’à présent, c’étaient principalement les enquêtés les plus jeunes qui se préoccupaient le plus de l’état de la biodiversité. En 2017, les moins de 25 ans étaient en effet deux fois plus nombreux que les personnes âgées de 70 ans et plus à choisir cette réponse. Quatre ans plus tard, ce constat est un peu moins marqué, le niveau de préoccupation à l’égard de la biodiversité ayant progressé de 8 points chez les enquêtés les plus âgés. Par ailleurs, ce sont désormais les 25-39 ans qui semblent les plus soucieux face à cet enjeu. Une autre question de ce baromètre montre également que les femmes et les enquêtés les moins diplômés considèrent plus fréquemment que la préservation de la biodiversité est l’action prioritaire que les pouvoirs publics devrait mener dans le domaine de la protection de l’environnement.

Code indicateur SNB-A01-12-OFB1
Type d'indicateur : Indicateur
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse
Objectifs nationaux
Faire émerger, enrichir et partager une culture de la nature
Faire de la biodiversité un enjeu positif pour les décideurs
Développer et organiser la prise en compte des enjeux de biodiversité dans toutes les formations
Objectifs européens
Conservation de la nature : mise en œuvre complète des directives "nature"

CGDD/SDES

Les questions sont intégrées pour le compte du SDES dans l’enquête « Conditions de vie et Aspirations des Français » réalisée par le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (CREDOC). Jusqu’en 2015, l’enquête était réalisée, en face-à-face, auprès d’un échantillon représentatif de 2000 individus âgés de 18 ans et plus, résidant en France métropolitaine (hors Corse), sélectionnés selon la méthode des quotas. Ces quotas ‑ région, taille d’agglomération, âge, sexe, PCS (professions-catégories sociales) ‑ ont été calculés d’après le dernier recensement général de la population. Un redressement a été effectué pour assurer la représentativité par à rapport à la population nationale de 18 ans et plus. Depuis 2015, l’enquête est réalisée selon la même méthode, mais dans le cadre d’un panel en ligne, auprès de 3 000 internautes résidant en France (Corse et Outre-mer compris) âgés de 15 ans et plus.
Disponibilité des valeurs
2 à 5 ans
Rupture de série
Temporelle
Robustesse
Robuste
Précision
Précis
Sensibilité
Sensible
Efficacité
Très efficace
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Très homogènes
Fiabilité des données
Très fiables
Abondance des données
Très abondantes
Coût de mobilisation
Coût très faible
Niveau d'appropriation
Novice
Avantages
L'indicateur est basé sur une enquête large (environ 3000 individus) et régulièrement répétée, ce qui permet de connaître l’évolution de la sensibilité de l'opinion publique aux questions de conservation de la biodiversité.
Limites
Les questions restent relativement limitées dans les possibilités de choix, et seul un choix hiérarchisé est possible. L'item "Disparition des espèces animales et végétales" est une vision un peu réductrice de la biodiversité mais permet une acception compréhensible par tous. La série initiale (1993-2005, mise à jour annuelle) a été rompue à partir de 2007 avec l'ajout du changement climatique dans les possibilités de réponse ne permettant pas de comparer les résultats des années 2007 et suivantes avec ceux des années de la première période. Par conséquent, l'indicateur proposé dans le jeu SNB 2011-2020 débute sa série en 2007 pour cette question.
Piste d'améliorations

En 2010, dans le cadre de l'année internationale de la biodiversité, des questions plus spécifiques ont été posées dans cette enquête afin de mieux appréhender la connaissance des Français en matière de biodiversité. Le renouvellement d’une telle enquête n’est pas envisagé pour l’instant.

Remarque : Il existe un indicateur SEBI relatif au thème "opinion publique" mais celui-ci diffère de l'indicateur français. L'indicateur SEBI s’attache à mesurer la part de la population qui connaît le mot de biodiversité et sa signification, ainsi que le niveau d’information des européens au sujet du réseau Natura 2000.