Évolution du volume de données disponibles sur la biodiversité

Évolution du volume de données disponibles sur la biodiversité

Le nombre de données accessibles depuis l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN) a augmenté de 25 % entre janvier 2020 et janvier 2021.

+ 25 %

en 2021

Télécharger Télécharger
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Origine des données : INPN/SINP. Traitements : UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN), 2021
Nom complet de l'indicateur : Taux de progression annuelle du nombre de données élémentaires d'échange accessibles depuis la plateforme nationale (INPN) du système d'information sur la nature et les paysages (SINP)

Définition:

Cet indicateur présente le taux de progression annuel du nombre de données élémentaires d'échange accessibles depuis le système d'information sur la nature et les paysages (SINP) dont l'Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) constitue la plateforme nationale. Il concerne uniquement les données d'occurrence d'espèces diffusées dans l'INPN (inpn.mnhn.fr).
Date de mise à jour:

Milieux concernés

Sans objet

Pressions

Sans objet

Politiques associées

Recherche et connaissance

A quelle(s) question(s) répond cet indicateur

Comment la connaissance sur la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment notre société s'implique-t-elle face aux enjeux de biodiversité ?
Comment notre société préserve-t-elle la biodiversité ?

Interprétation de l'indicateur

Cet indicateur simple et quantitatif traduit l'effort de partage et de diffusion publique des données d'espèces au niveau national. Le nombre de données diffusées a augmenté de 25 %, soit plus de 15 millions de données, par rapport à l'année précédente. Cette progression importante est permise par la poursuite des partenariats dans le cadre du SINP et de sa plateforme nationale, l'INPN. On notera cette année la contribution forte d'établissements publics comme l'OFB, l'IGN, l'IFREMER, l'ONF, le MNHN (via les collections et le programme de sciences participatives Vigie-Nature par exemple) ou les parcs nationaux. L'apport de réseaux tels que les Conservatoires Botaniques Nationaux, les Conservatoires d'Espaces Naturels, le Conservatoire du Littoral et les Réserves Naturelles de France est également en hausse. Enfin, la montée en puissance des plateformes régionales du SINP, notamment avec les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val-de-Loire, Île-de-France, PACA, Normandie, Nouvelle-Aquitaine et La Réunion, est structurante pour le partage des données. De nombreux partenaires participent également dans le cadre de l'outil CardObs, service de saisie lié à la plateforme nationale. Bien évidemment, la contribution des associations (GRETIA, LPO, FFESSM...) et de certains bureaux d'étude (Ecosphère, Biotope) continue d'être primordiale. On notera également que les données acquises ou utilisées dans le cadre d'inventaires de biodiversité à l'occasion d'études d'évaluations environnementales, soumises au dépôt légal des données brutes de biodiversité (DEPOBIO) sont maintenant disponibles dans le SINP. Les données utilisées pour le calcul de cet indicateur sont donc produites par des réseaux de gestionnaires d'espaces naturels, des sociétés savantes, des associations, des établissements publics, des organismes de recherche, les gestionnaires de collections, des bénévoles, des acteurs privés, etc. Ce total de 75,4 millions de données standardisées, validées et diffusées (début 2021) reste cependant nettement inférieur au potentiel des données "biodiversité" qui existent dans les bases de données en France. L'Outre-mer (+ 27 %) et le milieu marin (+ 25 %) progressent encore cette année, mais ne constituent toujours qu'une très faible proportion des données. Une accélération du partage et de la diffusion des données, notamment dans le cadre de la mise en place des plateformes régionales du SINP, devrait se traduire par la poursuite d'une augmentation régulière de cet indicateur dans les prochaines années.
Code indicateur: SNB-F18-12-MDB1
Type d'indicateur : Indicateur

Jeux d'indicateurs

Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse

Objectifs nationaux

  • Développer la recherche, organiser et pérenniser la production, l’analyse, le partage et la diffusion des connaissances
  • Améliorer l’expertise afin de renforcer la capacité à anticiper et à agir, en s’appuyant sur toutes les connaissances

Objectifs européens

  • Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services

Producteur:

PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Origine des données

L'INPN est la plateforme nationale du SINP. Son rôle est notamment de diffuser des données élémentaires d'échanges (DEE) sur les occurrences d'espèces (taxon / lieu / date / observateur). Ces données sont accessibles à tous selon les modalités définies par le SINP (voir protocole du SINP). Les données proviennent d'inventaires, de suivis, de programmes de connaissance (notamment des informations qui concernent les ZNIEFF), d'informatisation de collections ou encore de programmes de recherche. Ces jeux de données sont fournis par des établissements publics, des sociétés savantes, des associations, des particuliers, des entreprises ou des établissements de recherche. À terme, l'alimentation de la plateforme nationale en DEE sera assurée par des échanges réguliers avec les plateformes régionales et la plateforme thématique occurrence du SINP. Les données de synthèse (comme par exemple des cartes de répartition départementales et les synthèses par espaces protégés et zones Natura 2000) ne sont pas comptabilisées dans cet indicateur. La liste des jeux de données utilisés pour produire cet indicateur est disponible ici.

Disponibilité des valeurs

Annuelle

Rupture de série

Non

Méthodologie :

Le nombre de données actuellement disponibles est issu de l'analyse du contenu de la base de données de l'INPN. Le chiffre est issu d’une requête calculant le nombre de « cd_esp » (identifiant de la donnée) dans les tables utilisées pour la diffusion des données sur l’INPN.

Ne sont pas considérés pour ce calcul :

  • les données non diffusées (notamment données invalides, autorisation de diffusion non accordée par le producteur à la date du traitement) ;
  • les doublons manifestes avec d’autres données diffusées par ailleurs (selon une approche par jeu de données) ;
  • les données dites de « non observation » ;
  • les données concernant des observations de taxons d’un rang supra-spécifique (donnée au genre ou à la famille par exemple), et les données non rattachées à des taxons du référentiel national TAXREF (espèces non encore décrites, groupes d’espèces…).

Précisions sur les déclinaisons (régionales, terre/mer…)

Les données sont affectées par département selon une règle de croisement de rang 1 : pour un polygone, c’est le département qui contient la plus grande surface de l’observation qui est retenu.

Les données sont considérées comme « marines » quand elles correspondent à un double critère : critère géographique (observation dans un secteur marin : ZMT-12 miles) croisé avec les statuts « biogéographiques » d'espèces marines. Ces statuts correspondent aux codes habitats du référentiel taxonomique TAXREF : 4 "espèces effectuant une partie de leur cycle de vie en eau douce et l’autre partie en mer" (espèces diadromes, amphidromes, anadromes ou catadromes), 5 "marin et terrestre" (cas par exemple des pinnipèdes, des tortues et des oiseaux marins). Pour les espèces strictement marines (codes TAXREF 1 "espèces vivant uniquement en milieu marin" et 6 "espèces vivant exclusivement en eau saumâtre"), toutes les données sont prises en compte, sauf celles rattachées à des départements n'ayant pas de façade maritime, ce qui permet de valoriser des observations affectées à une commune littorale.

Robustesse

Robuste

Précision

Assez précis

Sensibilité

Sensible

Efficacité

Assez efficace

Accessibilité des données

Facilement accessibles

Homogénéité des données

Homogènes

Fiabilité des données

Fiables

Pérennité des données

Pérennité garantie

Abondance des données

Très abondantes

Coût de mobilisation

Coût moyen

Niveau d'appropriation

Averti

Avantages

Il s'agit d'un indicateur simple qui traduit bien l'effort de partage et de mise à disposition des informations sur les espèces, sous une forme largement accessible aux différents publics. En règle générale, la quantité de données est une information importante (mais pas suffisante) pour l'exploitation des données.

Limites

L'indicateur ne traduit pas toutes les informations existantes (complétude des informations disponibles) pour diverses raisons, notamment : de nombreuses données encore non informatisées (carnets de terrain, collections, etc.) ; des données informatisées non partagées par les producteurs pour différentes raisons (technicité des échanges, propriété, etc.) ; une architecture du SINP en construction (toutes les plateformes ne sont pas opérationnelles et n'échangent pas encore de données avec la plateforme nationale) ; délais entre l'acquisition des données sur le terrain et leur partage au niveau national. Par définition, cet indicateur est uniquement quantitatif, il ne reflète pas l'intérêt de ces données pour des usages d'étude, de recherche ou de conservation de la biodiversité. Les usages sont aussi déterminés par les protocoles et leur documentation, la précision géographique et temporelle des données, la couverture géographique disponible et la connaissance de l'effort d'échantillonnage. À ce titre, cet indicateur doit être mis en parallèle de celui, plus qualitatif, sur les lacunes de connaissances naturalistes.

Piste d'améliorations

Il apparaitrait nécessaire d'intégrer d'autres thématiques du SINP : habitats naturels, géologie, espaces protégés… L'automatisation du calcul du nombre total de données présentes dans l'INPN permettrait de connaitre le nombre d'occurrences en continu, traduisant l'intégration continue de nouvelles données. Il sera utile de travailler en complément sur un (ou des) indicateur(s) plus qualitatif(s) (pour combler les lacunes géographiques et taxonomiques), quand les données seront largement partagées. L'indicateur pourrait être enrichi d'une information complémentaire de quantification des données disponibles mais non diffusées (invalidées, douteuses, non rattachées à un taxon spécifique…).

Date de l'analyse: 2016

Commentaire : REMARQUE : cet indicateur a fait l'objet d'une deuxième analyse en 2015-2016, consultable ci-dessous, qui fait actuellement l'objet d'une expertise pour faire évoluer la fiche Indicateur si nécessaire. Une appréciation du degré de prise en considération des remarques émises lors de cette deuxième évaluation sera publiée ci-dessous à l'issue.

Indicateurs similaires

Nombre annuel moyen de jours de gel en France métropolitaine

-2,5

jours de gel annuel par décennie

sur la période 1961-2010

Nombre annuel moyen de jours de gel en France métropolitaine

Le nombre annuel de jours de gel a diminué de 2,5 jours en moyenne par décennie sur la période 1961-2010.

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

29

%

en 2021

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

En 2021, 29 % de la population française considère que la disparition de certaines espèces végétales ou animales fait partie des deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus préoccupants.

Formations initiales dans le domaine de la biodiversité

+ 41

%

sur la période 2008-2019

Formations initiales dans le domaine de la biodiversité

Le nombre d'inscrits dans les formations en protection de la nature, gestion et étude des milieux et des équilibres écologiques a augmenté de 41% entre 2008 et 2019.