Évolution des surfaces de grands espaces toujours en herbe

Évolution des surfaces de grands espaces toujours en herbe

La surface des grands espaces de prairies permanentes a diminué de 7,9% en métropole entre 2000 et 2010

-7,9 %

sur la période 2000-2010

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
SSP-Agreste, Recensement agricole, 2010.
SSP-Agreste, Recensement agricole 2000 et 2010. Traitements : SOeS, avril 2016
MAAF (SSP) - Agreste, Recensements agricoles 2000 et 2010.
MAAF (SSP) - Agreste, Recensements agricoles 2010 & ESEA 2013.
MAAF (SSP) - Agreste, Recensements agricoles 2000 et 2010 & ESEA 2013.
Nom complet de l'indicateur : Taux d'évolution de la surface toujours en herbe (STH), surfaces collectives incluses, des petites régions agricoles (PRA) où ces surfaces représentent au moins 20 % de la SAU
Définition:

L'indicateur s'intéresse aux surfaces de prairies permanentes considérées comme suffisamment étendues pour maintenir la biodiversité associée à ces milieux. Il s'agit ici de suivre l'évolution des surfaces des grands espaces toujours en herbe (parcours collectifs inclus) au sein des petites régions agricoles.

Milieux
Agriculture et milieux associés
Milieu montagnard
Politiques
Gestion des espaces naturels
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment les éléments de la biodiversité identifiés comme majeurs évoluent-ils en France ?
Interprétation de l'indicateur

La Surface toujours en herbe ou STH désigne pour l'Europe toute surface en milieux herbacés ouverts semée depuis au moins 5 ans ou naturelle. Les prairies et autres milieux herbacés ouverts sont des habitats riches en biodiversité, accueillant une flore et une faune diversifiées : fleurs, insectes, faune du sol, etc. La bonne fonctionnalité de ces écosystèmes nécessite, outre leur bon état de conservation, des surfaces suffisamment étendues et connectées à l'échelle du paysage. Une expertise collective menée par l'INRA a établi qu'une des conditions du maintien de la bonne fonctionnalité des milieux prairiaux était que ces derniers représentent au moins 20 % de la SAU d'un territoire. Un des enjeux est donc le maintien des grands espaces de prairies permanentes encore présents en métropole. L'indicateur, en mesurant l'évolution de la STH des petites régions agricoles où elle est au moins égale à 20 % de la SAU, permet donc de suivre cet enjeu de préservation des grands ensembles de prairies. Le seul maintien de surfaces étendues et connectées ne suffit pas à assurer à coup sûr le bon fonctionnement écologique des écosystèmes prairiaux. En effet, le niveau d'intensivité de la gestion de ces milieux compte également. L'indicateur, tel qu'il est construit actuellement, n'intègre pas cette dimension essentielle.

Code indicateur SNB-B05-12-STH1
Type d'indicateur : Indicateur phare
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse Biodiversité & agriculture
Objectifs nationaux
Construire une infrastructure écologique incluant un réseau cohérent d’espaces protégés
Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement
Maîtriser les pressions sur la biodiversité
Objectifs européens
Conservation de la nature : mise en œuvre complète des directives "nature"
Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services
Hausse des contributions de l'agriculture et de l'industrie forestière au maintien et renforcement de la biodiversité

MAAF

Les données servant au calcul de l'indicateur sont issues du rensement agricole, tous les 10 ans, et de l'enquête "structure des exploitations agricoles" (ESEA), tous les 3-4 ans. Elles sont produites par le Service Statistique & Prospective du Ministère en charge de l'agriculture. L'ensemble des exploitations agricoles et les structures collectives sont prises en compte. Dans le recensement agricole, l'ensemble des informations collectées (donc les surfaces de prairies) sont rapportées au siège de l'exploitation agricole, même si une partie des terres est située dans une commune différente de celle du siège. L'ESEA, dont le taux de sondage moyen est compris entre 10 et 12%, donne une bonne précision pour l'évolution des surfaces toujours en herbe à l'échelle nationale à partir d'un panel d'exploitations.

Disponibilité des valeurs
2 à 5 ans
Rupture de série
Non
Robustesse
Robuste
Précision
Précis
Sensibilité
Sensible
Efficacité
Efficace
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Très homogènes
Fiabilité des données
Très fiables
Pérennité des données
Pérennité garantie
Niveau d'appropriation
Averti
Limites

Il existe un isque de mauvaise interprétation de cet indicateur car le numérateur et le dénominateur changent année après année. En effet, le dénominateur représente la SAU, qui est elle-même en forte régression au niveau national. Le numérateur représente la STH. Les données sont disponibles pour plus de 700 PRA. Plusieurs cas de figure peuvent survenir. Par exemple, si la SAU diminue, mais que ce sont surtout les zones autres que la STH qui diminuent en surface, le rapport augmentera, alors même que la STH pourra diminuer légèrement (mais moins vite que la SAU). Si au contraire, ce sont surtout les STH qui disparaissent de la SAU, le rapport diminuera très fortement. Le troisième cas de figure est celui où les deux diminuent (la STH et la SAU) dans les mêmes proportions, le rapport sera alors constant.