Nombre de sites Ramsar désignés en France

Nombre de sites Ramsar désignés en France

Il y a 50 sites désignés en France au titre de la convention de Ramsar sur les zones humides.

50 sites

en 2020

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Évolution du nombre de zones humides françaises inscrites au titre de la convention internationale Ramsar depuis 1986
Évolution des surfaces cumulées en zones humides françaises inscrites au titre de la convention internationale Ramsar depuis 1986
État d'avancement des plans de gestion des sites Ramsar en France
État d'avancement des plans de gestion des sites Ramsar en métropole et en Outre-mer
Zones humides d'importance internationale au titre de la Convention de Ramsar
Évolution du nombre de zones humides françaises métropolitaines inscrites au titre de la convention internationale Ramsar depuis 1986
Évolution des surfaces cumulées en zones humides françaises métropolitaines inscrites au titre de la convention internationale Ramsar depuis 1986
Évolution du nombre de zones humides françaises ultramarines inscrites au titre de la convention internationale Ramsar depuis 1986
Évolution des surfaces cumulées en zones humides françaises ultramarines inscrites au titre de la convention internationale Ramsar depuis 1986
Nom complet de l'indicateur : Nombre de zones humides d’importance internationale désignées en France au titre de la convention internationale de Ramsar
Définition:
L'indicateur correspond au nombre de sites désignés au titre de la convention de Ramsar sur les zones humides. Ce traité international adopté en 1971 a été ratifié par la France en 1986. L'inscription de zones humides d'importance internationale par la convention n'entraîne pas de contraintes réglementaires directes, cependant l'Etat s'engage à préserver les sites et à mettre en place une gestion permettant le maintien de leurs richesses écologiques.
Intérêt : Les sites Ramsar sont des zones humides d'importance internationale, et remplissent au moins un critère écologique en ce sens. Ils témoignent donc de la localisation d'enjeux écologiques forts (habitats, avifaune, poissons, autres groupes). Ils sont aussi des "sites vitrines" des zones humides françaises, et contribuent à ce titre à une meilleure prise en compte des zones humides au niveau national.
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment évolue l’action publique en faveur des milieux humides ?
Interprétation de l'indicateur
L'indicateur traduit la volonté de mettre en valeur le patrimoine naturel de zones humides. Le choix de retenir le nombre de sites plutôt que la surface tient au fait que la plupart des plus grandes surfaces emblématiques ont été labellisées en premier, et que la qualité des sites ne dépend pas nécessairement de leur superficie, avec de tout petits sites très importants au niveau écologique. La diminution des surfaces des sites désignés ne traduit donc pas du tout une diminution de la volonté d'inscription. Les désignations n'étant pas imposées mais devant être souhaitées par les territoires concernés, l'évolution du nombre de sites reflète la multiplication des demandes des territoires, et donc le "succès" du réseau, sans compter que l'effet inscription agit bien au-delà des limites de la zone retenue : renommée, sensibilisation, prise en considération pour l'aménagement et la gestion du territoire. Une création soutenue de sites signifie que la société promeut de nouveaux territoires, potentiellement dans des zones non encore retenues et donc améliorant le maillage et la représentativité de la richesse biologique dans le réseau de sites. Plus de populations sont ainsi sensibilisées et plus de territoires sont gérés avec la prise en considération des enjeux liés aux zones humides. L’indicateur principal France entière est complété par deux sous-indicateurs « métropole » et « outre-mer », afin de rendre compte des dynamiques et des contraintes de création qui sont différentes, au regard des spécificités outre-mer (surfaces bien plus vaste en outre-mer). En 2020, 50 sites (http://www.zones-humides.org/entre-terre-et-eau/ou-les-trouve-t-on/les-sites-reconnus/les-sites-ramsar-en-france)au titre de la convention de Ramsar sur les zones humides étaient désignés (38 en métropole et 12 en outre-mer) pour une surface totale de 3 742 034 ha. Sur l'ensemble de ces sites, 78 % disposent d'un plan de gestion, 12 % en ont un en préparation et 10 % n'en ont pas. Au 22 janvier 2021, 29 sites de métropole et 10 sites ultramarins disposaient d'un plan de gestion validé.
Code indicateur SNB-RAM-19-SRF1
Jeux d'indicateurs
Biodiversité & milieux humides
Objectifs nationaux
Faire émerger, enrichir et partager une culture de la nature Renforcer la mobilisation et les initiatives citoyennes Faire de la biodiversité un enjeu positif pour les décideurs Garantir la cohérence entre politiques publiques, aux différentes échelles Renforcer la diplomatie environnementale et la gouvernance internationale dans le domaine de la biodiversité
Objectifs européens
Objectifs européens : Contribuer à éviter la perte de biodiversité globale
Producteur : Secrétariat de la Convention de Ramsar / Ramsar France
Origine des données : Les données sont collectées sur le RSIS géré par le secrétariat de la Convention de Ramsar (https://rsis.ramsar.org/fr/ris-search/?language=fr&f%5B0%5D=regionCountry_fr_ss%3AEurope&f%5B1%5D=regionCountry_fr_ss%3AFrance&pagetab=0). Les données sur l'état d'avancement des plans de gestion sont remontées par Ramsar France.
Disponibilité des valeurs
Infra annuelle
Rupture de série
Non
Robustesse
Très robuste
Précision
Très précis
Sensibilité
Peu sensible
Efficacité
Très efficace
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Très homogènes
Fiabilité des données
Très fiables
Pérennité des données
Pérennité garantie
Abondance des données
Très abondantes
Coût de mobilisation
Coût très faible
Niveau d'appropriation
Novice
Avantages
L'indicateur présente de multiples avantages : qualité générale de la donnée (cf ci-dessus) ; facilité de compréhension immédiate ; grande pertinence avec les objectifs et les milieux visés, puisque l'outil Ramsar est dédié spécifiquement aux zones humides ; indicateur de politique publique en première approche mais qui peut être un bon indicateur de société dans la mesure où il intégre une part de large adhésion sociétale. En effet, la concertation avec l'ensemble des acteurs de la société locale est assurée dans la candidature et la conduite du projet du site ; communication et valorisation aisée au niveau international en raison de la nature même de l'outil "Site Ramsar". L'indicateur, au travers d'un de ses visuels complémentaires, renseigne aussi de façon simple et robuste sur la qualité de gestion du site, au travers du % de sites ayant mis des plans de gestion en œuvre
Limites
Il est difficile de comparer les chiffres français avec les pays voisins, certains privilégiant la désignation de nombreux petits sites strictement protégés et morcelés, quand la France prend plutôt comme base de désignation la cohérence écologique (désignation de grands ensembles cohérents). Comme d’autres indicateurs ONB, celui-ci a vocation à être aussi calculé au niveau des régions administratives. Il conviendra alors de faire attention au risque de double comptage si l’on additionne simplement le nombre de sites Ramsar de chaque région. Par exemple, le site Ramsar du Mont Saint Michel est pour partie en Bretagne et pour partie en Normandie : le total des sites par région ne sera donc pas forcément égal au total du pays.
Piste d'améliorations
Depuis 2019, une mise à jour d'une liste de 240 sites Ramsar potentiellement éligibles classés par priorité a été réalisée par le MNHN (http://www.patrinat.fr/fr/actualites/actualisation-de-la-liste-de-sites-francais-potentiellement-candidats-la-designation). Par ailleurs, un article en cours de publication identifie de façon exhaustive les sites remplissant les critères Ramsar liés aux oiseaux d’eau dans tous les pays du bassin méditerranéen, dont la France. Dans l'attente de la révision de la circulaire et de la définition d'une stratégie de désignation aucun objectif n'est fixé qui permettrait à l'indicateur de donner la part de réussite des sites Ramsar au regard des cibles fixées par la convention. La territorialisation de l'indicateur au niveau infra-national pourrait être intéressante mais demanderait un traitement particulier. Il est nécessaire de disposer de l'évaluation du potentiel de sites éligibles initialement dans chaque territoire pour pouvoir analyser des états ou dynamiques de création de sites, et a fortiori des comparaisons entre territoires. Il s'agit de gommer ainsi les différences de richesse initiale du patrimoine écologique de chaque territoire en matière de zones humides. L'indicateur ne renseigne pas sur la qualité de la gestion/protection du site.