Part du territoire occupé par les écosystèmes peu anthropisés

Part du territoire occupé par les écosystèmes peu anthropisés

Les écosystèmes peu anthropisés occupent 53,3 % du territoire national.

53,3 %

en 2018

Télécharger Télécharger
Origine des données : UE-SDES-CORINE Land Cover 2018 / Traitements : SDES, juillet 2019
Origine des données : UE-SDES-CORINE Land Cover 2018 / Traitements : SDES, juillet 2019
Origine des données : UE-SDES-CORINE Land Cover 2018 / Traitements : SDES, juillet 2019
Origine des données : UR-SDES-CORINE Land Cover 2018. Traitements : SDES, juillet 2019
Origine des données : UE-SDES-CORINE Land Cover 2018 / Traitements : SDES, juillet 2019
Origine des données : UE-SDES-CORINE Land Cover 2018 / Traitements : SDES, juillet 2019
Origine des données : UR-SDES-CORINE Land Cover 2018. Traitements : SDES, juillet 2019
Nom complet de l'indicateur : Part du territoire métropolitain et des DOM occupé par les écosystèmes peu anthropisés selon CORINE Land Cover

Définition:

Cet indicateur présente la part du territoire métropolitain et des DOM occupé par les écosystèmes peu anthropisés.
Date de mise à jour:

Milieux concernés

Tous milieux concernés

Pressions

Destruction et fragmentation des habitats

Politiques associées

Gestion des espaces naturels

Maitrise des pressions liées aux activités humaines

A quelle(s) question(s) répond cet indicateur

Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment évoluent les pressions majeures que notre société fait peser sur la biodiversité ?

Interprétation de l'indicateur

Une diminution de la part des milieux peu anthropisés traduit directement une perte de surfaces et d'écosystèmes plus favorables à la biodiversité.
Code indicateur: SNB-D11-19-ENF1
Type d'indicateur : Indicateur

Jeux d'indicateurs

Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Nature

Objectifs nationaux

  • Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement
  • Maîtriser les pressions sur la biodiversité

Objectifs européens

  • Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services

Producteur:

CGDD/SDES

Origine des données

Les données utilisées sont issues de la base de données géographiques d'occupation des sols CORINE Land Cover (CLC), issue de l'interprétation d'images satellitaires et produite à une échelle de 1/100 000 avec un seuil de 25 ha pour la cartographie des unités d'occupation homogène des sols (selon une nomenclature emboitée à trois niveaux et regroupant 44 postes en métropole + 6 postes créés dans un 4e niveau pour tenir compte des spécificités des DOM). CLC est disponible en métropole pour les années 1990, 2000, 2006, 2012 et 2018, et dans les DOM en 2000 (excepté Mayotte), 2006, 2012 et 2018. En Guyane, CLC n'est disponible que sur la bande littorale des 20 km). Cet indicateur correspond à la somme des surfaces des postes CORINE Land Cover n° 3, 4 et 231, 243, 244.

Disponibilité des valeurs

> 5 ans

Rupture de série

Non

Méthodologie :

Les surfaces sont calculées sous SIG, avec la projection Lambert 93 et l'utilisation de la BD-Carto de l'IGN pour la limite du territoire métropolitain et des DOM.

Robustesse

Robuste

Précision

Assez précis

Sensibilité

Assez sensible

Accessibilité des données

Facilement accessibles

Homogénéité des données

Très homogènes

Fiabilité des données

Fiables

Pérennité des données

Pérennité garantie

Niveau d'appropriation

Familier

Avantages

Cet indicateur permet une représentation statistique de l'occupation du sol à différentes échelles spatiales, illustrant ainsi l'une des causes majeures d'érosion de la biodiversité qu'est la destruction des habitats naturels. La couverture du territoire est exhaustive (contrairement à Teruti-Lucas qui procède par échantillonnage). Le caractère européen de CLC autorise les comparaisons entre différents pays.

Limites

La base CLC est une base d'occupation des sols et pas directement des milieux naturels. La fréquence des mises à jour est limitée, d'où une assez faible sensibilité de l'indicateur aux évolutions. La précision n'est pas très bonne ; le seuil de détection de 25 ha (5 ha pour l'analyse des changements) ou de 100 m pour les infrastructures linéaires comme les cours d'eau limite ou exclut la prise en compte des zones de faible surface et masque également certaines évolutions si elles sont trop petites ou trop dispersées. Les milieux humides sont assez mal pris en compte par CLC.

Date de l'analyse: 2016

Commentaire : Cet indicateur a fait l'objet d'une première analyse en 2015-2016, consultable ci-dessous, qui fait actuellement l'objet d'une expertise pour faire évoluer la fiche Indicateur si nécessaire. Une appréciation du degré de prise en considération des remarques émises lors de cette première évaluation sera publiée ci-dessous à l'issue. Cette première évaluation concerne uniquement l'indicateur dans sa version métropolitaine, avant qu'il ne fusionne en 2019 avec l'indicateur ccorrespondant pour les DOM.

Indicateurs similaires

Évolution de la biomasse microbienne des sols en métropole

61

µg d'ADN microbien /g de sol

sur la période 2000-2009

Évolution de la biomasse microbienne des sols en métropole

La biomasse microbienne moyenne des sols de France métropolitaine est de 61 microgrammes par gramme de sol.

Proportion du territoire métropolitain fortement impacté par la pollution lumineuse en coeur de nuit

85

%

en 2020

Proportion du territoire métropolitain fortement impacté par la pollution lumineuse en coeur de nuit

85 % du territoire métropolitain est exposé à un niveau élevé de pollution lumineuse.

Évolution du nombre moyen d’espèces exotiques envahissantes par département métropolitain

11

en 2022

Évolution du nombre moyen d’espèces exotiques envahissantes par département métropolitain

Depuis 1983, un département de métropole compte en moyenne 11 espèces exotiques envahissantes de plus tous les dix ans.