Zones humides dont les espèces protégées se portent bien

Zones humides dont les espèces protégées se portent bien

46 % des sites humides emblématiques évalués avaient à la fois leurs espèces de faune et de flore protégées en bon ou très bon état en 2020.

46 %

en 2020

Imprimer la fiche Imprimer la fiche
Origine des données : Évaluation nationale des sites humides emblématiques 2010-2020, SDES - OFB. Traitement : SDES - Tour du Valat, janvier 2022.
Origine des données : Évaluation nationale des sites humides emblématiques 2010-2020, SDES - OFB. Traitement : SDES - Tour du Valat, janvier 2022.
Origine des données : Évaluation nationale des sites humides emblématiques 2010-2020, SDES - OFB. Traitement : SDES - Tour du Valat, janvier 2022.
Origine des données : Évaluation nationale des sites humides emblématiques 2010-2020, SDES - OFB. Traitement : SDES - Tour du Valat, janvier 2022.
Origine des données : Évaluation nationale des sites humides emblématiques 2010-2020, SDES - OFB. Traitement : SDES - Tour du Valat, janvier 2022.
Origine des données : Évaluation nationale des sites humides emblématiques 2010-2020, SDES - OFB. Traitement : SDES - Tour du Valat, janvier 2022.
Nom complet de l'indicateur : Proportion des sites humides emblématiques dont les espèces de faune et de flore protégées au niveau national sont estimées par les référents en bon ou très bon état en 2020
Définition:
Issu de l’évaluation nationale des sites humides emblématiques (campagne 2010-2020) initiée en 2019 par le Ministère en charge de l’environnement et l'Office français de la biodiversité, cet indicateur renseigne sur la proportion de sites ayant des espèces de faune et de flore protégées au niveau national en bon et très bon état en 2020. 223 sites humides (174 en métropole et 49 en Outre-mer) ont été identifiés pour cette évaluation. Les retours des experts, issus de divers organismes (établissements publics, collectivités locales, associations de protection de l’environnement...), ont permis de dresser un bilan de la situation sur 108 sites. L'indicateur principal permet de caractériser l'état des espèces à forts enjeux sur les sites humides emblématiques en 2020 au travers de la part de sites dont la faune et la flore protégées au niveau national se portent bien. À la question '*Selon vous, aujourd’hui, quel est l'état global des espèces animales et végétales sur le site ?*', les référents pouvaient préciser pour la faune et pour la flore, suivant le degré de protection des espèces (communes/sous protection locale/sous protection nationale), leur état général allant de très mauvais à très bon. Cet indicateur est produit à l'échelon métropolitain, ultramarin et par grand type de zones humides. Un indicateur secondaire dresse la tendance observée entre 2010 et 2020 par les référents de l'état des espèces à forts enjeu au travers de la proportion de sites humides emblématiques évalués où la faune et la flore protégées au niveau national est jugée globalement en évolution favorable/défavorable/stable ces dix dernières années. À la question posée '*Selon vous, entre 2010 et aujourd’hui, comment a évolué l’état global des espèces animales et végétales sur le site ?*' les référents pouvaient préciser pour la faune et pour la flore, suivant le degré de protection des espèces (communes/sous protection locale/sous protection nationale), l'évolution estimée de leur état général (favorable/stable/défavorable). Cet indicateur complémentaire est produit à l'échelon national (métropole et Outre-mer).
Les zones humides constituent l’un des plus importants réservoirs de biodiversité de notre planète. Plus de 19 500 espèces dépendent de ces milieux pour leur survie dans le monde, dont le quart est menacé d’extinction. Certaines sont indigènes et d’autres introduites par l’homme. Afin de préserver les espèces les plus emblématiques, un certain nombre d'entre elles bénéficient de statuts de protection nationaux ou locaux, alors que d'autres font l’objet de mesures visant à limiter leur propagation. Pour celles qui sont protégées au niveau national, il est important de comprendre si leur tendance peut se redresser suite aux mesures de protection. Cet indicateur peut y contribuer.
Milieux
Milieux humides
Pressions
Pollutions
Destruction et fragmentation des habitats
Exploitation des ressources
Espèces exotiques envahissantes
Changement climatique
Politiques
Gestion des espaces naturels
Maitrise des pressions liées aux activités humaines
A quelle(s) question(s) répond cet indicateur
Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
Comment les éléments de la biodiversité identifiés comme majeurs évoluent-ils en France ?
Interprétation de l'indicateur
Une augmentation de l'indicateur indiquerait clairement une progression du nombre de sites où à la fois la faune et la flore protégées sont en bon état écologique.
En 2020, sur les 108 sites humides emblématiques qui ont fait l’objet d’une évaluation complète (faune & flore), seuls 46% avaient à la fois leurs espèces de faune et de flore protégées au niveau national qui se portaient bien (soit 50 sites). Des disparités sont observées entre types de zones humides, les mieux lotis à cet égard étant le littoral méditerranéen (72%), les massifs à tourbière (67%) et l'outre-mer (63%). Par ailleurs, une évolution favorable entre 2010 et 2020 n'est constatée que dans 20% des sites environ. Cette tendance exprimée par les référents sur les dix dernières années illustre la nécessité de poursuivre les actions de gestion.
Code indicateur SNB-B04-MH-SHEFF-21
Jeux d'indicateurs
Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Synthèse Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) - Nature Biodiversité & milieux humides
Objectifs nationaux
Préserver les espèces et leur diversité
Préserver et restaurer les écosystèmes et leur fonctionnement
Maîtriser les pressions sur la biodiversité
Garantir la durabilité de l’utilisation des ressources biologiques
Objectifs européens
Conservation de la nature : mise en œuvre complète des directives "nature"
Maintenir et restaurer les écosystèmes et leurs services

SDES/OFB

Les données sources sont issues des résultats de la dernière 'Évaluation nationale des sites humides emblématiques', menée en 2010-2020 - ces évaluations ayant lieu tous les 10 ans. Prévue par le Plan national d’action en faveur des zones humides, elle a pour objectif de dresser un bilan global de l’état des zones humides en 2020 et de leur évolution entre 2010 et 2020 au travers de 10 thématiques dont une dédiée aux espèces communes et à forts enjeux, nouvelle thématique jusqu'alors non couverte.
Disponibilité des valeurs
> 5 ans
Rupture de série
Non
Méthodologie :

Pour rappel, la méthode repose essentiellement sur le dire d'experts ayant une connaissance approfondie des sites, avec une certaine profondeur historique. La question spécifique posée était : "Selon vous, aujourd’hui, quel est l’état global des espèces animales et végétales à forts enjeux [Protection nationale]  sur le site ? ". Les référents  indiquaient pour leur site l'état global (et non espèce par espèce) de la faune commune et protégée d'une part, et de la flore commune et protégée d'autre part.  Sur les 189 sites, les réponses de 108 sites ont été analysées (hors sites dont l’état global est jugé indéterminé, et hors sites où seule la faune ou la flore était renseignée). Seule la faune et la flore sous protection nationale est retenue. Leur état respectif est indiqué par le référent (de très bon à très mauvais), ces 2 états étant ensuite combinés en un seul état écologique général  du biote (faune et flore). Deux états globaux sont déterminés  : 1. "Faune et flore en bon état" ; 2. "Au moins faune ou flore en mauvais état". La valeur de l’indicateur renseigne donc sur la proportion des sites humides emblématiques dont à la fois les espèces de faune et de flore protégées au niveau national sont estimées par les référents en bon état écologique. Les modalités de l'enquête 'bon' et 'très bon état' ont été combinées en 'bon état général', les modalités 'mauvais' et 'très mauvais état' combinées en 'mauvais état général'. Lorsque l'état de la faune et/ou de la flore est jugé indéterminé et/ou non renseigné, l'état global est estimé indéterminé. L'état d'une seule de ces 2 composantes était donc potentiellement déclassant.

Robustesse
Assez robuste
Précision
Assez précis
Sensibilité
Assez sensible
Efficacité
Efficace
Accessibilité des données
Facilement accessibles
Homogénéité des données
Assez homogènes
Fiabilité des données
Fiables
Pérennité des données
Pérenne
Abondance des données
Assez abondantes
Coût de mobilisation
Coût faible
Niveau d'appropriation
Novice
Avantages
Cette évaluation permet de dresser une vision de l'état global des espèces de zones humides emblématiques, et non pas espèce par espèce comme dans les évaluations de la DHFF. Des données sont par ailleurs disponibles sur un pas de temps de 30 ans (évaluations 1990-2000, 2000-2010 et 2010-2020). Elle permet de dégager des tendances sur la base de ressentis d'experts entre les différentes évaluations.
Limites
La sur-représentation des sites de métropole (140 en métropole contre 25 en Outre-mer) fait que la valeur de l'indicateur national global reflète surtout celle de métropole (valeurs très proches). La déclinaison par territoire (FM et OM) permet toutefois de nuancer les résultats. L'évaluation décennale repose sur un panel de sites qui varie pour partie d'une campagne à l'autre. Elle dépend par ailleurs des dires d'un panel d'experts, et non de mesures sur le terrain. Ce panel d'une part évolue dans le temps, et d'autre part n'est pas absolument homogène, plusieurs experts pouvant avoir une appréciation différente, individuelle, d'un même phénomène. Enfin, les questions posées ne sont pas rigoureusement les mêmes d'une évaluation à l'autre, ce qui peut entraîner un biais dans les réponses. Les questions différaient par exemple entre les évaluations 2000-2010 et 2010-2020, affectant potentiellement l'homogénéité des données. Au total, les résultats issus de l'évaluation sont de nature plutôt qualitative.
Piste d'améliorations
Un recoupement avec les données de distribution des espèces issues de la DHFF (INPN) permettrait de conforter ces résultats par des données objectives de tendances individuelles des espèces animales et végétales de milieux humides - mais les listes d'espèces concernées ne seraient pas rigoureusement identiques (protection UE vs. nationale).