Des pressions aux impacts globaux
conteneur vu du ciel
conteneur vu du ciel

Des pressions aux impacts globaux

Des pressions aux impacts globaux


Comment les développements de l’économie déterminent-ils la destruction de la biodiversité ?

 

Les activités économiques et plus généralement les activités humaines sont à l’origine des pressions qui pèsent sur la biodiversité. En effet, chaque secteur économique considéré a ses propres facteurs déterminants (ses causes principales). À titre d’exemples, les facteurs déterminants à l’origine des pressions que fait peser le secteur agroalimentaire sur la biodiversité ne seront pas les mêmes que ceux du secteur de la construction. Certains facteurs sont toutefois communs à tous les secteurs. Ces facteurs déterminants peuvent être sources de pressions pour la biodiversité, qui vont modifier l’état des écosystèmes. Ceux-ci vont par la suite voir leur capacité à fournir des services écosystémiques réduite, ce qui aura un impact sur la société.

mise en exergue

Environ des 25 % des terres sont suffisamment épargnés pour que les processus écologiques et évolutifs fonctionnent avec un minimum d'intervention humaine.

Source : lien


Contexte historique

Contexte historique

On constate depuis la seconde partie du 20ème siècle un accroissement exponentiel des pressions sur la biodiversité. Notre modèle économique (le système de production, l’empreinte écologique de nos modes de vie et l’accroissement des échanges commerciaux) est à l’origine des facteurs directs (appelés pressions) de dégradation de la biodiversité.

3%

de la surface des océans est encore estimée libre de toute pression humaine

(chiffre 2014)

En savoir plusEn savoir plus


Les facteurs directs (destruction des habitats, pollutions, surexploitation, changement climatique, espèces envahissantes, sont couplés à différents degrés à des facteurs indirects qui affectent  la biodiversité. Le rapport de l’IPBES (IPBES, 2019) définit au niveau mondial cinq facteurs qui déterminent ces pressions :

  • les modèles de production et de consommation,
  • la croissance démographique,
  • le commerce international,
  • les innovations technologiques
  • les différents niveaux de gouvernance et les politiques publiques mises en place

Cette liste n’est pas exhaustive. En effet, chaque secteur économique considéré a ses propres facteurs déterminants.

 

  Les facteurs directs couplés aux facteurs indirects


Pour mieux comprendre le tableau suivant :

  • Les cases rouges indiquent que les facteurs indirects aggravent les cinq pressions majeures qui affectent la biodiversité, et ce d’autant plus que la couleur est foncée.  Ainsi, la croissance démographique accentue les les phénomènes de destruction des habitats, de surexploitation, de pollution, de changement climatique
     
  • À l’inverse, les cases vertes citent des facteurs indirects pouvant contrer les pressions sur la biodiversité. Par exemple, les politiques publiques peuvent réduire la fragmentation des habitats et les causes du réchauffement climatique.

 

degré de couplage entre facteurs de changements indirects et directs dans l'évolution de la biodiversité française
degré de couplage entre facteurs de changements indirects et directs dans l'évolution de la biodiversité française

degré de couplage entre facteurs de changements indirects et directs dans l'évolution de la biodiversité française

WWF_tendances socio-économiques
WWF_tendances socio-économiques WWF

WWF_tendances socio-économiques

WWF_tendances du système planétaire
WWF_tendances du système planétaire WWF

WWF_tendances du système planétaire

Le commerce international

Le commerce international

Cargo porte-conteneurs, symbole du commerce international
Cargo porte-conteneurs, symbole du commerce international

Les échanges internationaux sont l’un des principaux moteurs de la surexploitation des ressources naturelles, par la production de biens et de services destinés à l’exportation. En ce sens, les biens importés et consommés en France peuvent avoir un impact important sur la biodiversité étrangère. Une étude estime que 30 % des menaces qui pèsent sur les espèces dans le monde sont liées au commerce international.
 

Le commerce international est également un facteur clé dans la propagation des espèces exotiques envahissantes. Celles-ci sont introduites de manière volontaire ou non à travers les biens échangés, mais également via les modes de transport.


Ces espèces engendrent des coûts liés aux mesures de lutte, mais également des coûts liés aux dommages qu’elles provoquent. Une étude d’impact de l’Union Européenne  estime à 1 500 le nombre d’EEE sur le territoire de l’Union et à 12,5 milliards d’euros par an les coûts induits pour les États membres. Au niveau national, une étude portée par le Commissariat général au développement durable (CGDD) estime qu’en moyenne, sur la période 2009-2013, le coût total des EEE a été de 38 millions d’euros par an.  Certaines zones sont particulièrement concernées. Plus de 50 % des dépenses nationales ont ainsi lieu sur trois territoires : la Réunion, la Nouvelle-Calédonie, et les Terres Australes et Antarctiques Françaises.

Nombre d'espèces en outremer parmi les plus envahissantes au monde

60

sur 100 des espèces les plus envahissantes au monde

en 2016

Outre-mer

Nombre d'espèces en outremer parmi les plus envahissantes au monde

Parmi les 100 espèces les plus envahissantes au monde, 60 sont présentes dans au moins un Outre-mer français....
Les innovations technologiques

Les innovations technologiques

Exploitation minière de nickel en Nouvelle-Calédonie
Exploitation minière de nickel en Nouvelle-Calédonie
Agnès Poiret, OFB

 

Les innovations technologiques peuvent créer de nouvelles opportunités en termes de débouchés économiques. L’explosion du commerce international et des flux internationaux depuis les années 1950 s’explique en partie par les innovations dans les domaines des transports et des moyens de communication.  Ces innovations peuvent donc avoir un effet positif ou négatif sur la biodiversité. L’essor des technologies numériques et de l’internet a par exemple des effets négatifs indirects sur la nature. En effet, la production de ces biens nécessite des métaux et minerais rares, dont l’extraction et le traitement entraînent des pollutions ou des dégradations d’habitats naturels. De même, l’usage d’internet nécessite d’importantes infrastructures de centralisation des données, très consommatrices en énergie, énergie dont la production induit des pressions sur la biodiversité.

La gouvernance et les politiques publiques

La gouvernance et les politiques publiques

Les modes de gouvernance et les politiques publiques mises en place ont également un impact sur la biodiversité. Les incitations économiques ont ainsi favorisé l’expansion des activités économiques, souvent au détriment de l’environnement. Les facteurs sociologiques et culturels auraient également un rôle important. Les valeurs promues par la société peuvent en effet être plus ou moins favorables à la biodiversité.