L'implication de la société
papillons fond vert
papillons fond vert

L'implication de la société

L'implication de la société


Comment s’implique la société en faveur de la biodiversité ?
 

La mobilisation de tous les acteurs individuels et collectifs dans la préservation de la biodiversité est un des messages-clef de la Convention sur la diversité biologique au niveau mondial et de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2011-2020 au niveau français. Cet enjeu est donc en tête des objectifs opérationnels. Il s'agit de mettre l'ensemble de la société en mouvement de manière cohérente, en améliorant la prise de conscience de chacun, favorisant son appropriation individuelle et collective.

mise en exergue

36 % des français pensent que la diminution ou la disparition de certaines espèces a d’ores et déjà des conséquences  dans leur vie quotidienne.

Source : lien


 

Le plan biodiversité interministériel comprend ainsi un “agenda de l’action”, c’est le dispositif “engagés pour la nature”, qui se décline en “territoires engagés pour la nature” à destination des collectivtés territoriales, “entreprises engagées pour la nature -act4nature France” à destination des entreprises et “Partenaires engagés pour la nature” à destination des autres acteurs de la société civile. L’OFB est l’opérateur de ces dispositifs.    

 

Les actions individuelles citoyennes

Les actions individuelles citoyennes

La préservation du patrimoine naturel repose sur une combinaison d’actions concrètes et d’initiatives aux échelles locales. L’implication personnelle des citoyens dans l’action en faveur de la biodiversité est importante car chacun peut impacter plus ou moins la biodiversité selon ses choix de vie. 

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

32

%

en 2019

Métropole

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

En 2019, 32 % de la population française considère que la disparition de certaines espèces végétales ou animales fait partie des deux problè...
  Une consommation responsable, plus locale, axée sur le bio


Les Français consomment de plus en plus de produits issus de l’agriculture biologique. En 2019, près de trois français sur quatre consomment bio régulièrement (au moins une fois par mois)  Et malgré un frein budgétaire qui rentre en compte, presque un tiers des Français âgés entre 18-24 ans ont l’intention d’augmenter leurs achats de produits bio.
 

 

Champ de blé entouré de coquelicots et bleuets
Champ de blé entouré de coquelicots et bleuets,
Pixabay

90%

des Français ont déclaré
avoir consommé des produits
biologiques en 2019

En savoir plusEn savoir plus



Le plan national « Ambition BIO 2022 » fixe en outre un objectif de 15 % de la SAU (Surface agricole utile) en bio d’ici 2022.

 

Agriculture biologique

8,3

%

en 2019

Métropole

Agriculture biologique

8,3 % de la Surface Agricole Utile (SAU) est exploitée en agriculture biologique...
L'engagement volontaire
 

Le nombre de personnes qui s’engagent dans des programmes citoyens de collecte d’informations sur la biodiversité, appelés sciences participatives, connait une forte croissance. Le nombre de participants actifs à des programmes de sciences participatives a en effet été multiplié par 4 entre 2011 et 2018.


L’application des sciences participatives au domaine de la biodiversité a trois objectifs :

  • Obtenir des données sur la nature et la biodiversité
  • Produire des outils de sensibilisation et d’éducation à la nature et à la biodiversité
  • Former et mobiliser une communauté autour d’enjeux liés à la nature.

 

Évolution de l'implication des citoyens dans les sciences participatives liées à la biodiversité

16

%

en 2019

Métropole

Évolution de l'implication des citoyens dans les sciences participatives liées à la biodiversité

Le nombre de citoyens engagés dans les sciences participatives a augmenté de 16 % entre 2018 et 2019....
 
Jeune garçon observant aux jumelles
Jeune garçon observant aux jumelles,
Pixabay

Pour être incité à agir pour la biodiversité, chacun doit disposer de connaissances et de valeurs lui permettant de prendre conscience de sa dépendance quotidienne vis-à-vis des services rendus par la biodiversité.
 

96%

des Français connaissent
la notion de biodiversité

En savoir plusEn savoir plus






Les actions de sensibilisation et d’éducation menées par les acteurs publics, privés et associatifs, contribuent à impliquer les citoyens autour des enjeux de la biodiversité. Des événements nationaux ou internationaux donnent lieu à des mobilisations ponctuelles : journée internationale des zones humides, fête de la nature, etc. Le nombre de visiteurs a été multiplié par 10 dans les centres d'accueil des zones humides en France entre 1995 et 2013. L’Etat agit enfin en soutenant certaines initiatives : plateforme nationale pour l’éco volontariat, portail « Open » du collectif national des sciences participatives biodiversité, etc.

 

OPEN
Portail du collectif sciences participatives biodiversité qui donne un accès géoréférencé aux programmes de sciences participatives partout en France

Portail du collectif sciences participatives biodiversité qui donne un accès géoréférencé aux programmes de sciences participatives partout en France

Accéder aux ressourcesAccéder aux ressources

Évolution de la participation aux actions d'éducation sensible et citoyenne à la biodiversité

21

% de participants

sur la période 2009-2018

Métropole

Évolution de la participation aux actions d'éducation sensible et citoyenne à la biodiversité

Le nombre de participants à la Fête de la Nature a augmenté de 21 % entre 2009 et 2018....
Les programmes d'enseignement

3,4%

des jeunes  sont arrivés sur le marché du travail après avoir suivi une formation en environnement

En savoir plusEn savoir plus




Les programmes d’enseignement et l’éducation citoyenne au développement durable sont appelés à accorder une importance croissante aux thématiques de la biodiversité. Dans l’éducation technique, professionnelle et supérieure, l’éventail de formations s’enrichit petit à petit d’une offre adaptée aux nouveaux métiers de la transition écologique. Ces formations trouvent leur place sur le marché de l’emploi . En 2017, près de 16,5 % des offres d’emploi collectées par Pôle Emploi et 15,2 % des demandeurs d’emploi inscrits relèvent de l’économie verte.

Formations initiales dans le domaine de la biodiversité

43

%

sur la période 2008-2018

Métropole

Formations initiales dans le domaine de la biodiversité

Le nombre d'inscrits dans les formations en protection de la nature, gestion et étude des milieux et des équilibres écologiques a augmenté d...
Le rôle des ONG et des associations

Le rôle des ONG et des associations

Face aux impacts des pressions anthropiques sur l’environnement, les citoyens se sont regroupés au sein d’organisations non gouvernementales (ONG) environnementales et d’associations de protection de la nature et de l’environnement (APNE).  Elles agissent en faveur de toutes ou une partie des thématiques liées à l’environnement, dont la biodiversité, ou sont spécialisées sur tout ou parties des sujets liés à la biodiversité.
 

43

associations sont agrées au niveau national au titre de protection de l'environnement

En savoir plusEn savoir plus

Leurs objectifs peuvent être par exemple : alerter sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité et la destruction de la nature, faire respecter le droit relatif à la biodiversité, être force de propositions vis-à-vis des acteurs publics et privés, gérer des milieux naturels, réaliser des inventaires et des études sur la biodiversité, etc... Leur but est d’agir pour que la société s’engage à préserver, conserver et restaurer l’environnement et la biodiversité. Leur territoire d’action peut être international (Greenpeace, WWF, etc.), national (France nature environnement) ou inter-régional/régional/départemental/local (SOS Loire vivante…). Elles peuvent aussi se spécialiser sur des sujets particuliers (Ligue pour la protection des oiseaux…).


Certaines associations participent aux instances de consultations, réalisent des actions dans le cadre des politiques publiques et/ou assument un rôle de lanceur d’alerte en s’opposant, notamment devant les tribunaux, à certains projets publics et privés. Elles sont en droit de se constituer partie civile lors des procès pénaux pour des affaires de dégradation de l’environnement.

La prise en compte de la biodiversité par les entreprises

La prise en compte de la biodiversité par les entreprises

Les entreprises sont de plus en plus conscientes de la nécessité de prendre en compte la biodiversité dans leurs stratégies propres, d’une part car les dirigeants ainsi que les collaborateurs qui y travaillent sont de plus en plus sensibilisés à ces questions, mais également pour des questions d’évolution du droit, de coûts/avantages mais aussi d’image, consommer davantage de produits de qualité, respectueux de l’environnement et de la biodiversité étant la tendance en France depuis plusieurs années. La biodiversité étant à l’origine de nombreux services, les entreprises en dépendent (activités agricoles, forestières, industrielles…).  Certaines d’entre elles ont même créé des fondations permettant de financer des projets en faveur de la biodiversité.

L’implication des grandes entreprises françaises pour la biodiversité a augmenté au cours des dernières années. En 2016, les actions de « réduction des pressions » ont été financées exclusivement par les entreprises pour un total de 434,3 millions d’euros.

Prise en compte de la biodiversité par les entreprises du CAC40

21,2

%

sur la période 2013-2017

Métropole

Prise en compte de la biodiversité par les entreprises du CAC40

L'indice de prise en compte de la biodiversité par les entreprises du CAC 40 a augmenté de 21,2 % entre 2013 et 2017....

Afin de préparer et accompagner les entreprises vers la transition écologique, un plan national de mobilisation pour les emplois et métiers de l'économie verte a été déployé. Des prix récompensent par exemple les projets exemplaires (prix entreprise et environnement.).

Certaines entreprises se sont d’elles-mêmes engagées dans l’initiative « Entreprises engagées pour la nature-act4nature France », qui les aide à faire émerger et à valoriser des programmes d’actions concrètes et mesurables en faveur de la nature. Les entreprises engagées bénéficient d’une reconnaissance et d’une valorisation de ses actions par l’Etat.

D’autres initiatives sont mises en place par certaines entreprises afin de s’engager pour la biodiversité, comme évaluer l’impact environnemental de leur activité, gérer de manière économe les ressources utilisées dans les processus de production, améliorer leur efficacité énergétique, réduire le transport de marchandises, etc.

 

Les actions en faveur de la biodiversité sont dépendantes des moyens financiers investis. La dépense nationale en faveur de la protection de la biodiversité et des paysages peut être repartie selon trois grands sous-domaines :

  • la gestion des espaces et des espèces (préserver la diversité de la faune et de la flore),
  • les actions dites « de réduction des pressions » (réparer les dommages causés aux paysages et à la biodiversité par certains secteurs d’activité)
  • la connaissance de la biodiversité et des paysages (inventaires, expertises du patrimoine naturel et atlas de paysages).

 

Effort financier national pour la biodiversité

2,4

milliards d'euros courants

en 2018

Métropole

Effort financier national pour la biodiversité

En 2018, 2 382 millions d’euros ont été mobilisés par la France pour la préservation de la biodiversité et des paysages....
La mobilisation des collectivités et la valorisation de leurs actions

La mobilisation des collectivités et la valorisation de leurs actions

65

collectivités reconnues
« Territoires engagés
pour la nature » en 2019

En savoir plusEn savoir plus

Pour favoriser la prise en compte de la biodiversité par les décideurs à toutes les échelles, il apparait nécessaire de valoriser et reconnaître les actions initiées, financées ou réalisées par les collectivités, au bénéfice de la préservation et de la restauration de la biodiversité.



Par exemple, la mise en place de stratégies régionales pour la biodiversité et d’observatoires régionaux de la biodiversité permettent de décliner la stratégie nationale pour la biodiversité et d’organiser la discussion entre acteurs socio-économiques, porteurs d’enjeux environnementaux et experts de la biodiversité à l’échelle territoriale. Des politiques de labellisation (« Territoire engagés pour la Biodiversité » par exemple) contribuent à valoriser les efforts des territoires qui s’engagent en faveur de la biodiversité. La campagne "zéro phyto,100% bio dans ma commune" a recensé 3359 communes “Zéro phyto” en 2020.
 

Logo du dispositif Territoires Engagés pour la Nature
Logo du dispositif Territoires Engagés pour la Nature

Engagés pour la nature" est une initiative du Ministère de la Transition écologique portée par l'Office français de la biodiversité. Elle se décline pour les entreprises, les territoires et les partenaires qui s'engagent en faveur de la biodiversité. Cette initiative vise à renforcer la mobilisation de l'ensemble de la société civile pour enrayer l'érosion de la biodiversité.

Accéder au siteAccéder au site

La mobilisation de la recherche et le partage des connaissances

La mobilisation de la recherche et le partage des connaissances

Une meilleure connaissance de la biodiversité permet d’adopter des mesures de préservation adaptées. Cette connaissance passe en premier lieu par l’acquisition de données permettant de rendre compte de la répartition et de l’état de conservation de la biodiversité sur le territoire français. En 2020, l'état de conservation de 14% des espèces présentes en métropole est inconnu et leur degré de menace ne peut être évalué.

Niveau de méconnaissance des habitats remarquables

11

%

sur la période 2013-2018

Métropole

Niveau de méconnaissance des habitats remarquables

11 % des paramètres permettant de comprendre l'état des écosystèmes remarquables ne sont pas mesurés....

Les grands programmes de collecte et restitution de données sont en première ligne : Inventaire national du Patrimoine Naturel, évaluation de l’état de conservation des espèces d’intérêt communautaire dans la cadre des directives européennes, programmes de connaissances de la biodiversité portés par les établissements publics (IFREMER, BRGM…) suivi des habitats forestiers par l’IGN, soutien des réseaux associatifs et sciences participatives, suivi des APNE, etc.

Certaines actions de recherche et de valorisation des données sont également soutenues par les grands programmes de recherche publique.  En 2016, la dépense associé aux actions d’amélioration de la connaissance de la biodiversité et des paysages atteignait 12,6 millions d’euros.
 

Diaporama photos

Grand programme de collecte de données

Inventaire de la faune piscicole du marais de l'Aber, Crozon (Parc naturel marin d’Iroise)
Inventaire de la faune piscicole du marais de l'Aber, Crozon (Parc naturel marin d’Iroise) Livier Schweyer / OFB
Inventaire floristique et entomologique dans des milieux de landes (Oise)
Inventaire floristique et entomologique dans des milieux de landes (Oise) Philippe Gourdain / UMS 2006 Patrimoine Naturel
Comptage d'oiseaux hivernants en baie de Douarnenez (Parc naturel marin d'Iroise)
Comptage d'oiseaux hivernants en baie de Douarnenez (Parc naturel marin d'Iroise) Fabien Boileau / OFB
Inventaire d’une population isolée de crapaud sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) sur les communes de Saint-Preuil et Bouteville (Charente)
Inventaire d’une population isolée de crapaud sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) sur les communes de Saint-Preuil et Bouteville (Charente) Olivier Drillon / OFB
Photo-identification des grands dauphins (Tursiops truncatus) par le Groupe d'Etude des Cétacés du Cotentin (Golfe normand-breton)
Photo-identification des grands dauphins (Tursiops truncatus) par le Groupe d'Etude des Cétacés du Cotentin (Golfe normand-breton) Florent Nicolas / GECC

Certains programmes de sciences participatives, mentionnées plus haut, permettent d’obtenir des données sur la nature et la biodiversité.

Le Pôle national des données biodiversité (PNDB) a été créé en 2018 sous l’impulsion du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Porté par le Muséum national d’Histoire naturelle, il a notamment pour missions la promotion et facilitation d’accès aux données d’observation, de collection et d’expérimentation, et la mise en réseaux d’observatoires de recherche sur la biodiversité.