La sensibilisation des acteurs économiques
panneau sensibilisation biodiversité

La sensibilisation des acteurs économiques

La sensibilisation des acteurs économiques


Comment est prise en compte la biodiversité par les acteurs économiques ?

 

La société française dans son ensemble dépend de la biodiversité (lien article services écosystémiques). Pourtant, cette biodiversité est menacée par de nombreuses pressions qui découlent de nos modes de production et de consommation (lien article pressions). Ces pressions (comme l’artificialisation du territoire, les pollutions ou la surexploitation des ressources naturelles) sont à l’origine de la disparition d’espèces et de milieux, et réduisent les capacités de la biodiversité à offrir les services écosystémiques nécessaires à la société. Agir pour diminuer ces pressions signifie agir sur les déterminants économiques, sociaux, culturels qui en sont à l’origine, dans un contexte d’intensification de l’économie et du commerce international et d’une population mondiale croissante. La question de la prise en compte par les acteurs économiques des enjeux liés aux pertes de biodiversité est donc prépondérante.

mise en exergue

EN France, 2 226 millions d'euros ont été mobilisés au niveau national en faveur de la préservation de la biodiversité et des paysages

Source : lien


 

Contexte

Contexte

Les acteurs économiques (pouvoirs publics nationaux et locaux, entreprises et ménages) sont de plus en plus sensibilisés à ces questions. Pour autant, les enjeux sont différents selon les acteurs concernés, et les réponses apportées ne sont pas les mêmes. Ainsi, les pouvoirs publics ont un rôle important pour intégrer les enjeux de la biodiversité aux politiques publiques, qu’elles soient réglementaires ou incitatives. Les ménages, notamment par leurs choix de consommation, peuvent quant à eux influencer les décisions des entreprises. Les entreprises enfin prennent en compte les dimensions réglementaires et les attentes des consommateurs afin d’adapter leur production. Les décisions des uns influencent  les choix des autres.

Rendre compte de la sensibilisation des acteurs économiques à la biodiversité n’est pas aisé, en raison du manque de données disponibles et de leur caractère parfois subjectif (comme l’utilisation d’enquêtes portant sur des consommations déclarées). 

La sensibilisation des pouvoirs publics

La sensibilisation des pouvoirs publics

Les pouvoirs publics sont  des acteurs fondammentaux pour la préservation de la biodiversité, en raison de la nature transversale des problématiques liées à la biodiversité. Certains enjeux concernent l’ensemble du territoire, alors que d’autres sont intrinsèquement locaux et dépendent du contexte territorial. La préservation de la biodiversité par les pouvoirs publics nécessite donc des orientations définies aux niveaux national comme local.

La sensibilisation des pouvoirs publics aux enjeux de biodiversité peut être estimée de plusieurs façons. Elle peut se traduire à la fois par les moyens accordés aux actions en faveur de la biodiversité, par l’intégration de ces problématiques dans la réglementation (par exemple à travers les documents d’urbanisme)  ou encore par des dispositifs plus incitatifs.
 

  L'effort financier public en faveur de la biodiversité

 

Le suivi dans le temps de la composante publique de l’effort financier national  en faveur de la biodiversité (c’est à dire l’ensemble des financements publics et privé consacrés à des actions en faveur de la biodiversité) peut apporter une première information sur la prise en compte des enjeux de biodiversité par les pouvoirs publics, ainsi que l’envergure des mesures mises en oeuvre.

La composante publique de cet effort financier s’élevait ainsi à 1 800 millions d’euros en 2017 (en légère baisse par rapport à 2016) sur un total de 2 226 millions d’euros.

 

Effort financier national pour la biodiversité

2,2

milliards d'euros courants

en 2017

Métropole

Effort financier national pour la biodiversité

En 2017, 2 226 millions d'euros ont été mobilisés en faveur de la préservation de la biodiversité et des paysages....

Si les dépenses en faveur de la biodiversité ont plus que doublé entre 2000 et 2015, on observe ces dernières années une inflexion de l’origine des financements pour la biodiversité de l’Etat vers les collectivités locales et les agences de l’eau. La part du budget de l’État consacrée à la biodiversité reste très faible par rapport à son budget total, même si l’objectif inscrit dans la loi Grenelle 1 de 2009 de porter à 300 millions d’euros par ans d’ici à 2013 "la part de financement de l’État d'actions destinées à élaborer une Trame verte et bleue, à la gestion des espaces protégés, à l’acquisition de zones humides, à la sauvegarde des espèces menacées et à l’analyse de l'érosion de la biodiversité” a été rempli.

La France s’est également engagée au niveau international à financer des initiatives en faveur de la biodiversité, dans le cadre de l’aide publique au développement, et à maintenir un niveau d’aide au moins supérieur à 212 millions d’euros par an jusqu’en 2020. En 2017, 340 millions d’euros ont ainsi été versés dans ce cadre. Ce montant indique que la France se mobilise à l’international pour le développement d'initiatives régionales, nationales et locales qui répondent aux objectifs de la Convention sur la diversité biologique.
 

  La prise en compte de la biodiversité par les collectivités dans les documents d'aménagement
 
Mesure compensatoire à l'autoroute A304 restauration physique d'un ruisseau
Mesure compensatoire à l'autoroute A304 :
restauration physique d'un ruisseau
Sébastien Mougenez_OFB

La sensibilisation des pouvoirs publics aux enjeux de biodiversité se traduit au niveau local de nombreuses manières. On peut en particulier considérer l’intégration de ces problématiques dans les documents d’aménagement.
 

Afin d’améliorer cette intégration, la loi “Engagement national pour l’environnement” de juillet 2010, a prévu que les schémas de cohérence térritoriale puissent d’avantage prendre en compte la biodiversité (on parle de SCoT Grenelle), avec en particulier des objectifs chiffrés de limitation de la consommation d’espaces. Depuis cette loi, les SCot Grenelle se développent peu à peu, mais restent minoritaires. Ainsi, alors que 12 % du territoire était couvert par un SCoT Grenelle en 2014, cette part a augmenté pour passer à 31 % en 2019, correspondant à 171 schémas approuvés (sur un total de 16 SCoT approuvés).

Territoire couvert par un schéma d'aménagement du territoire incluant les enjeux de biodiversité

31

%

en 2019

Métropole

Territoire couvert par un schéma d'aménagement du territoire incluant les enjeux de biodiversité

31 % du territoire est pas couvert par un document d'aménagement prenant en compte les enjeux de biodiversité ("SCOT Grenelle")....
La sensibilisation des secteurs économiques

La sensibilisation des secteurs économiques

Tout comme les pouvoirs publics, la sensibilisation des entreprises est difficile à évaluer, en raison du manque de données relatives à l’implication des entreprises sur ce sujet. Il est cependant possible d’étudier le développement de modes de production plus respectueux au sein de certaines filières. L’émergence de thématiques comme l’empreinte biodiversité ou le développement de certifications et labels peuvent également être perçus comme une prise de conscience progressive de ces enjeux.
 

La prise en compte de la biodiversité par l'ensemble des entreprises
 

Différentes initiatives mises en place par les entreprises de façon volontaire permettent de renseigner leur sensibilisation à ces sujets. Il est ainsi possible de s’intéresser aux labels environnementaux. Ces derniers n’accordent cependant pas la même importance à la biodiversité. Les entreprises peuvent également lancer des programmes de préservation de la nature sur les sites qu’elles détiennent (dispositifs d’accueil pour les insectes ou oiseaux, zéro pesticide). Un dispositif national d’engagement non contraignant des entreprises existe aussi en France, adossé à la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB). Toutes ces actions engagées constituent en effet des signaux, indiquant un début de prise en compte de la biodiversité par les entreprises. Toutefois, ces formes d’engagement ne concernent qu’une petite partie des pressions des acteurs privés sur la biodiversité, puisqu’elles ne prennent pas en compte la totalité des pressions exercées de façon directe ou indirecte par les entreprises sur la nature.

Cette sensibilisation émergente s’exprime également par le développement de problématiques liées à l’intégration de la biodiversité dans le bilan de l’entreprise comme l’empreinte biodiversité ou la comptabilité écologique. On peut ainsi avoir un apperçu de la sensibilisation des grandes entreprises à la prise en compte de la biodiversité à travers l’analyse  de leurs rapports extra-financiers, qui sont obligatoires pour les entreprises du CAC 40.

Prise en compte de la biodiversité par les entreprises du CAC40

21,2

%

sur la période 2013-2017

Métropole

Prise en compte de la biodiversité par les entreprises du CAC40

L'indice de prise en compte de la biodiversité par les entreprises du CAC 40 a augmenté de 21,2 % entre 2013 et 2017....

Par ailleurs, dans les secteurs dépendant directement de la biodiversité et ayant un impact direct sur celle-ci, comme l’agriculture, Il est possible de mesurer la sensibilisation des entreprises à la biodiversité par le développement ou non de modes de production fondés sur une gestion durable des ressources naturelles.   Ainsi, par exemple, le nombre de conversion d’exploitations agricoles en agriculture biologique a fortement augmenté ces dernières années, correspondant à près de 10% des exploitations françaises (source : Agence Bio, Les chiffres 2018 du secteur bio). La surface agricole utilisée (SAU) cultivée en agriculture biologique certifiée représente en 2018 7,5 % de la SAU totale.

Agriculture biologique

8,3

%

en 2019

Métropole

Agriculture biologique

8,3 % de la Surface Agricole Utile (SAU) est exploitée en agriculture biologique...
Agriculture biologique

8,3

%

en 2019

Métropole

Agriculture biologique

8,3 % de la Surface Agricole Utile (SAU) est exploitée en agriculture biologique...
Élevage de vaches dans un pré fleuri
Élevage de vaches dans un pré fleuri


Pour être certifiés en agriculture biologique, les agriculteurs doivent respecter des cahiers des charges définis par des réglementations européennes. Les principes fondamentaux de l'agriculture bio reposent sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse et d'organismes génétiquement modifiés, le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures, la lutte biologique et le respect du bien-être animal. Les principes promus par l'agriculture biologique favorisent le maintien d'une biodiversité des sols plus riche.  

La sensibilisation des citoyens

La sensibilisation des citoyens

La sensibilisation des citoyens aux enjeux de biodiversité peut se mesurer par leur implication en faveur de ces sujets,  par leur niveau de connaissance sur la biodiversité ainsi que par l’évolution des choix de consommation.  Les citoyens se sentent aujourd’hui davantage concernés par les problématiques liées au déclin de la biodiversité. En 2017, 24 % des Français considèrent que la disparition de certaines espèces animales ou végétales fait partie des deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus importants.  

De même, le nombre de Français qui prennent part à des programmes de sciences participatives a explosé sur la dernière décénie avec une participation multiplié par 5 sur la dernière décennie. 

Évolution de l'implication des citoyens dans les sciences participatives liées à la biodiversité

16

%

en 2019

Métropole

Évolution de l'implication des citoyens dans les sciences participatives liées à la biodiversité

Le nombre de citoyens engagés dans les sciences participatives a augmenté de 16 % entre 2018 et 2019....

Par ailleurs, même si la préservation de la biodiversité n’est pas forcément la seule raison du développement de la demande en produits issus de l’agriculture biologique (71 % des Français ont déclaré avoir consommé au moins une fois par mois des produits bio  en 2018), la forte croissance de ce marché (9,7 milliards d’euros en 2018 soit +16 % par rapport à 2017, source Agence Bio) traduit une préoccupation croissante de la population pour la protection de l’environnement.

Enfin, la prise en compte des enjeux de biodiversité par les citoyens peut enfin être mesurée par la participation de ces derniers à des associations naturalistes ou de protection de l’environnement.  On comptait en 2019 environ 50 000 adhérents à la Ligue de protection des oiseaux (Source : LPO), ce qui n’est pas négligeable, même si à titre de comparaison, la Royal Society for the Protection of Birds, son pendant britannique revendiquait plus d’un million d’adhérents la même année.

 

OPEN
Portail du collectif sciences participatives biodiversité qui donne un accès géoréférencé aux programmes de sciences participatives partout en France

Portail du collectif sciences participatives biodiversité qui donne un accès géoréférencé aux programmes de sciences participatives partout en France

Accéder aux ressourcesAccéder aux ressources

Le développement des métiers de l’économie verte

Le développement des métiers de l’économie verte

D’après le PNUE (Programme des nations unies pour l’environnement), l’économie verte « entraine une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources ». Cette économie concerne des secteurs variés, aussi bien l’industrie que l’agriculture ou le recyclage.
 
L’économie verte repose sur les activités exercées par deux types de métiers:
 

  Les métiers "verts"
 

C’est à dire directement liées à l’environnement. L’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte les définis comme étant des métiers « dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement ». Il peut s’agir par exemple de techniciens chargés de la police de l’environnement, gardes forestier, agent de tri des déchets ou encore techniciens en traitement des eaux.

Police de l’environnement
Action de sensibilisation et de contrôle des usagers en mer
Agnès Poiret, OFB

 

0,5%

de l'emploi total (soit 142000 emplois) sont des métiers verts

(chiffre 2016)

En savoir plusEn savoir plus

 

 

 

  Les métiers "verdissants"


Ce sont des professions dont « la finalité n’est pas environnementale, mais qui intègrent de nouvelles « briques de compétences » pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier » (Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte). Ce sont donc des métiers qui évoluent ou vont évoluer pour prendre en compte les préoccupations liées à l’environnement, comme les architectes, jardiniers, électriciens etc.
 

Architectes
Architectes

 

14%

de l'emploi total (soit plus de 3,7 d'emploi) sont potentiellement des métiers verdissants (chiffre 2017)

En savoir plusEn savoir plus

 

 

 

 

Afin de préparer et accompagner les acteurs économiques vers la transition écologique, un plan national de mobilisation pour les emplois et métiers de l'économie verte a été déployé. Des prix récompensent par exemple les projets exemplaires (prix entreprise et environnement.).

15,8%

des offres d’emploi collectées par Pôle Emploi 
et 14,4% des demandeurs d’emploi inscrits
relèvent de l’économie verte (chiffre 2019)

En savoir plusEn savoir plus