La destruction des habitats
urbanisation du littoral
urbanisation du littoral

La destruction des habitats

La destruction des habitats


Comment évoluent les pressions majeures que notre société fait peser sur la biodiversité ?



Dans le monde, la déforestation est le premier facteur de perte d’habitats : 290 millions d'hectares de couverture forestière ont disparu entre 1990 et 2015. En France, la principale cause de perte, fragmentation et dysfonctionnement des habitats naturels est liée aux changements d’occupation des sols, du fait de l’augmentation de l’urbanisation et des cultures agricoles et sylvicoles intensives.

mise en exergue

Les surfaces bâties et revêtues croissent trois fois plus vite que la population française
(1,5 % par an entre 1981 et 2012 contre 0,5 %)

Source : lien


 

L'étalement urbain

L'étalement urbain

Etalement urbain

Étalement urbain
(maisons individuelles, entreprises, espaces commerciaux)


L’urbanisation comprend l’imperméabilisation des sols (goudronnage, bétonnage pour des bâtiments et des infrastructures de transports…) et le mitage, c’est-à-dire l’implantation de constructions dispersées dans un paysage naturel. Elle détruit, fragmente et déstructure les écosystèmes.


Entre 2006 et 2015, la France a perdu plus d’un demi-million d’hectare de terres agricoles et espaces naturels (Bilan 2019 de l’ONB), dont la moitié transformée en surfaces goudronnées. Cette superficie est équivalente à environ deux fois la taille du Luxembourg.
 

Nous consommons individuellement toujours plus d’espace. Ce phénomène s’appelle l’étalement urbain.
 

Espaces artificialisés par région en 2015 et surfaces artificialisées depuis 2006 (France métropolitaine)
Espaces artificialisés par région en 2015 et surfaces artificialisées depuis 2006 (France métropolitaine) Olivier Debuf / OFB

Espaces artificialisés par région en 2015 et surfaces artificialisées depuis 2006 (France métropolitaine)

Part du territoire des DOM couvert par des surfaces artificialisées en 2012
Part du territoire des DOM couvert par des surfaces artificialisées en 2012 Olivier Debuf / OFB

Part du territoire des DOM couvert par des surfaces artificialisées en 2012

Principal milieu naturel détruit par artificialisation

Principal milieu naturel détruit par artificialisation

Des chiffres en image : Artificialisation des sols

Toutes les vidéos sont à retrouver ici

vidéo onb : artificialisation ONB

vidéo onb : artificialisation

L’homogénéisation et la simplification des paysages

L’homogénéisation et la simplification des paysages

Du fait de l’intensification de l’agriculture, les milieux herbacés (prairies, pelouses sèches, landes) ont été d’une part détruits pour être transformés en espaces cultivés et d’autre part surexploités (plusieurs fauches, engrais, pesticides, surpâturage).

Ce type d’agriculture a aussi simplifié les paysages, en détruisant par exemple des habitats arborés comme les haies. La sylviculture intensive a des conséquences sur le fonctionnement des habitats forestiers en plantant des essences non indigènes et en supprimant les vieux arbres et le bois mort au sol et sur pied.

Un écosystème est peu anthropisé lorsqu’il est peu transformé par l’activité humaine et donc plus favorable à la biodiversité.
 

Agriculture intensive (cultures en sillon)
Agriculture intensive (cultures en sillon)
Transformation des surfaces goudronnées
Transformation des surfaces goudronnées
La fragmentation des habitats

La fragmentation des habitats

La destruction des habitats naturels
 

Les habitats sont composés d’un milieu (le biotope) et d’êtres vivants qui interagissent entre eux et avec le milieu (la biocénose). La conservation des habitats naturels constitue un enjeu majeur pour la préservation de la biodiversité afin d’éviter qu’ils continuent à être dégradés, détruits et fragmentés par les pressions liées aux activités humaines.

L’augmentation du nombre et de la taille des zones urbanisées ou subissant des pratiques agricoles et sylvicoles intensives diminue le nombre et la taille des habitats naturels. Les distances entre les zones d’habitats naturels augmentent également, ce qui compromet leur fonctionnement.

 

Les conséquences pour les espèces
 

Les espèces animales et végétales se déplacent pour accomplir les différentes phases de leur cycle de vie (reproduction, alimentation, repos, hivernation, etc.). Elles peuvent se déplacer de manière volontaire (ramper, marcher, voler) ou utiliser d’autres espèces, le vent ou l’eau.

Cependant, certaines activités humaines constituent des obstacles à leur déplacement, de plusieurs natures :


–    Les obstacles physiques comme les routes, autoroutes, voies ferrées, murets, clôtures, lignes électriques, barrages, canaux ou digues ;

–    Les obstacles surfaciques constitués des zones urbanisées, des zones d’extraction de ressources naturelles et des espaces subissant des pratiques agricoles et sylvicoles intensives, qui empêchent les espèces de circuler entre les parties de leur domaine vital ou qui engendrent une distance trop importante entre ces différentes parties ;

–    Les obstacles non physiques, comme l’éclairage nocturne, qui peut désorienter certains animaux, tels que les oiseaux migrateurs ou de nombreux insectes, mais aussi les pollutions chimiques, électromagnétiques et radioactives, les nuisances sonores (y compris en mer) ou la fréquentation touristique.

Les milieux naturels se retrouvent ainsi cloisonnés et isolés entre des zones urbaines et des zones d’agriculture et sylviculture intensives. Il reste donc peu d’espaces naturels en France dont la surface est supérieure à 100 kms d’un seul bloc.

Les milieux agricoles

Les milieux agricoles

La biodiversité des espaces cultivés disparaît du fait des pratiques intensives et des changements d’occupation des sols.

Les haies et les éléments arborés et arbustifs disparaissent. Les prairies font partie des écosystèmes agricoles les plus riches en biodiversité. En France métropolitaine, elles constituent le type d’habitat qui a le plus disparu au cours des dernières décennies.

En France métropolitaine, la surface des prairies diminue dans les petites régions agricoles ayant au moins 20 % de leur surface agricole utile en prairies (c’est-à-dire qu’au moins 20% de la zone destinée à la production agricole est en prairies).
 

Des chiffres en image : Prairies permanentes

Toutes les vidéos sont à retrouver ici

Vidéo chiffre clef sur les prairies permanentes ONB

Vidéo chiffre clef sur les prairies permanentes

Localisation des grands espaces toujours en herbe en 2010
Localisation des grands espaces toujours en herbe en 2010 Olivier Debuf / OFB

Localisation des grands espaces toujours en herbe en 2010

Les milieux humides et aquatiques

Les milieux humides et aquatiques

Ces milieux sont fortement menacés par l’agriculture intensive (retournement, drainage, surexploitation), les pollutions et l’urbanisation. Le drainage agricole (élimination de l’excès d’eau dans le sol) peut par exemple entraîner la perturbation voire la destruction de ces zones.

 

72%

Entre 1960 et 1990, plus de la moitié de la superficie des zones humides a disparu en France

En savoir plusEn savoir plus
destruction d'une zone humide

  Destruction d'une zone humide / Marc Le Baron / OFB

La canalisation, l’endiguement et la fragmentation détruisent la fonctionnalité des cours d’eau et les milieux associés (ripisylve, prairies inondables, noues, etc.), et perturbent le cycle de vie de certaines espèces, comme les poissons migrateurs qui ne peuvent plus remonter les rivières. La plupart des cours d’eau ont été fortement transformés par l’Homme, ce qui impacte grandement leur naturalité.

Les milieux marins et littoraux

Les milieux marins et littoraux

Environ 66%

des milieux marins ont été fortement modifiés sous l’action humaine dans le monde

En savoir plusEn savoir plus

 

L’urbanisation, la fréquentation touristique et toutes leurs conséquences sont les principales causes de destruction des habitats marins et côtiers. Les constructions pour accueillir une activité touristique ainsi que l’expansion de la navigation de plaisance perturbent le mode de vie d’animaux marins tels que les baleines ou marsouins.

Les habitats marins et côtiers peuvent aussi être détruits ou occupés par les nombreuses activités humaines ayant lieu dans les environnements marins, comme les pêcheries ou élevages de poissons, les ports, décharges…

La pollution des zones côtières a par ailleurs provoqué l’apparition de plus de 400 « zones mortes », où le manque d’oxygène provoque l’asphyxie de nombreuses espèces.
 

ONML observatoire national de la mer et du littoral
Site de l'observatoire national de la mer et du littoral donnant accès à des indicateurs variés sur la mer et le milieu marin

L’observatoire national de la mer et du littoral propose de nombreuses ressources (chiffres clés, publications, articles) sur les dimensions socio-économiques et écologiques de la mer et du littoral

Accéder aux ressourcesAccéder aux ressources

Blanchiment coralien
Blanchissement corallien (Parc naturel de Mayotte)
Coraux et pression touristique
Coraux et pression touristique (Parc naturel de Mayotte)
Les milieux forestiers

Les milieux forestiers

La déforestation a fait disparaître 290 millions d’hectares de couverture forestière dans le monde entre 1990 et 2015 au profit de l’agriculture et de l’urbanisation. C’est la première cause de destruction des habitats.

 

Carte Fronts de déforestation : pertes forestières prévues entre 2010 et 2030
Carte Fronts de déforestation : pertes forestières prévues entre 2010 et 2030 Olivier Debuf / OFB

Carte Fronts de déforestation : pertes forestières prévues entre 2010 et 2030

Déforestation mécanique : coupe à blanc
Déforestation mécanique : coupe à blanc

 

L’expansion agricole est la première cause de déforestation, puisque la demande en ressources alimentaires doit pouvoir répondre aux besoins d’une population mondiale en croissance constante. Une autre origine de la déforestation est l’extraction d’énergies fossiles. En plus d’endommager des forêts, elle peut rendre les sols forestiers infertiles, en cas de fuite de pétrole par exemple.

La sylviculture intensive détruit le fonctionnement des habitats forestiers en plantant des essences non indigènes, en tassant les sols et en supprimant les vieux arbres et le bois mort au sol et sur pied.
La déforestation constitue un facteur à surveiller dans les Outre-mer français, notamment en zone tropicale.

 

En France, la Trame verte et bleue est un outil d’aménagement du territoire qui vise à freiner l’érosion de la biodiversité due aux changements d’occupation des sols du fait de l’augmentation de l’urbanisation et des cultures agricoles et sylvicoles intensives qui occasionnent la perte, la fragmentation et les dysfonctionnements des habitats et des espaces, en prenant en compte des continuités écologiques.

Centre de ressource trame verte et bleue
Portail d'information et de ressources sur la mise en œuvre de la trame verte et bleue

Le centre de ressources sur la continuité écologique pour la mise en œuvre de la trame verte et bleue propose de nombreuses ressources pour accompagner la mise en œuvre de la trame verte et bleue.

Accéder aux ressourcesAccéder aux ressources